Hommage à Michel Déon

Les Chroniqueurs

Par Christian Authier


L’écrivain décédé le 28 décembre nous lègue un art de vivre, de lire et d’écrire d’un éclat éternel.

 

Nous avions fini par croire, au fil des ans, que Michel Déon était réellement immortel, ainsi l’on qualifie les membres de l’Académie française où il avait été élu en 1978. Lui-même aimait plaisanter sur son extraordinaire longévité qui a donc pris fin le mercredi 28 décembre quelques mois après son quatre-vingt-dix-septième anniversaire. Avec la disparition de Michel Déon s’achève définitivement une époque, celle de la mythologie des hussards, de ces écrivains ayant eu entre vingt et vingt-cinq ans en 1945 – date que Roger Nimier désigna comme «la fin du monde civilisé» – et qui voulurent chasser le tragique, la gravité, l’idéologie, les interdits et les listes noires sans rien renier de leurs fidélités respectives. Avec lui s’éteint aussi un certain art de vivre, de lire et d’écrire que l’homme comme l’œuvre incarnèrent de façon aussi majestueuse qu’humble.


Lire la suite...






























    

    Une idée de l’enfer

    de Philippe Vilain

    Philippe Vilain, portrait d'un joueur


    L’auteur de L’Été à Dresde et de Pas son genre signe avec Une idée de l’enfer le portrait d’un homme emporté par la passion du jeu.


    Que Philippe Vilain, romancier des passions amoureuses et des névroses (jalousie, timidité…), se penche dans son dernier roman sur la fièvre du jeu n’est finalement pas surprenant. D’autant que ce portrait d’un joueur croise ici celui d’un couple – motif incontournable de son œuvre. Comme dans La Femme infidèle, il est question d’un amour clandestin et adultérin, mais que le narrateur entretient avec un partenaire un peu spécial : les paris sportifs.

     

    Loin de la dimension romanesque et mythologique qu’ont pu porter les courses, le poker ou la roulette avant d’être «dématérialisés», l’écrivain a choisi un support aussi trivial que contemporain. Il faut ainsi voir notre joueur se cacher dans sa salle de bains afin de miser sur Internet depuis son iPhone pour échapper à l’attention de sa femme.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email