Accueil » Jazz en Comminges

ACTUALITÉ

À Saint-Gaudens au mois de mai

Trois ans se sont écoulés depuis que le dernier Jazz en Comminges s’est tenu lors du pont de l’Ascension, ainsi que le veut la tradition depuis la naissance du festival. C’était en 2019 et après une année blanche en 2020, un épisode 2021 décalé à la Toussaint, retour à la normale en 2022 avec une 19e édition du 25 au 29 mai. Il aura fallu entre temps beaucoup de ténacité et de résilience à l’équipe organisatrice pour maintenir le cap lors de la période très perturbée de la crise sanitaire, avec ses aléas et son lot d’incertitudes. Fort heureusement, même s’il a tangué, le bateau a tenu et tous les amateurs de jazz se réjouissent de retrouver au joli mois de mai cette manifestation si précieuse au paysage culturel régional. La programmation 2022 est à la hauteur de la réputation du festival, que ce soit dans le IN ou le OFF : tour d’horizon.

Cuivres et vents en vedette du IN au Parc des Expositions du Comminges

Lire la suite

Les cordes étaient à l’honneur dans la programmation du IN 2021, l’édition 2022 donne la vedette aux instruments à vent et aux cuivres en particulier. Une tendance illustrée par le concert d’ouverture du 25 mai où le festival accueille à 21h le quartet du trompettiste Nicolas Gardel et du saxophoniste Baptiste Herbin.

Nicolas Gardel © Michael Godu

Le premier, d’origine ariégeoise et ancien élève du CRR de Toulouse, est un peu l’enfant du pays à Jazz en Comminges, nouvelle étape d’une superbe carrière menée auprès d’artistes et d’ensembles aussi divers que Yuri Buenaventura, David Sanborn, Rémi Panossian, Zebda, l’Orchestre de chambre de Paris, ou l’Orchestre de Michel Legrand. Son duo trompette/saxo avec Baptiste Herbin, accompagné par le piano de Laurent Coulondre et la batterie de Yoann Sera, est une belle entrée en matière pour cette 19e édition.

Baptiste Herbin © Anne Bied

La trompette est l’instrument-roi de cette soirée d’ouverture puisqu’Ibrahim Maalouf succède à Nicolas Gardel à 23h sur la scène du Parc des Expositions. Un rendez-vous très attendu des connaisseurs, tant chaque concert de cet artiste singulier, venu du classique avant de s’immiscer dans le jazz et les musiques du monde, récompensé par les prix les plus prestigieux, est un événement en soi. Le trompettiste franco-libanais a convoqué son ami guitariste François Delporte pour retracer en musique son histoire personnelle et son parcours atypique, touchant portrait humblement intitulé « Quelques mélodies… ».

Ibrahim Maalouf © Yann Orhan

On retrouve le saxophone dès le lendemain grâce à un autre musicien passé par le CRR de Toulouse, le Lotois Émile Parisien (ne vous fiez pas à son nom, il est bien né à Cahors…), programmé avec son sextet le 26 mai à 21h. Celui qui fut élève dans la première promotion du Collège de jazz de Marciac, où il reçut l’enseignement de Pierre BoussaguetChristian « Tonton » Salut et du Saint-Gaudinois Guy Lafitte, nommé « artiste de l’année » aux Victoires du Jazz 2014, fait escale dans le Comminges avec Louise, titre et programme de son album paru en janvier dernier et dédié à Spider, une série de sculptures de l’artiste contemporaine Louise Bourgeois célébrant l’amour maternel.

Emile Parisien Sextet © Samuel Kirszenbaum

À 23h, après la génération des quadras de la scène française, place à un fringant octogénaire, le virtuose et subtil Michel Portal. Dix ans après son précédent enregistrement, le clarinettiste et saxophoniste âgé aujourd’hui de 85 ans vient de faire paraître un nouvel album, au titre sobre et évocateur : MP85. Pour son retour à Jazz en Comminges, il se produit avec son fidèle complice, le pianiste serbe Bojan Z, et un quintet de grand standing où se côtoient le contrebassiste Bruno Chevillon, le tromboniste allemand Nils Wogram et le batteur Pierre-François Dufour. Une fin de soirée à ne pas manquer avec une légende vivante de la musique, tous genres confondus, chaleureusement entourée par la fine fleur du jazz européen.

Michel Portal © Stella K

On change de registre le 27 mai à 21h où le public commingeois est appelé à accueillir le duo formé par Élodie Frégé et André Manoukian. La belle chanteuse, ex-lauréate de Star Academy, et le célèbre pianiste auteur-compositeur se livrent sur scène à un duel amoureux, en chansons et en musique, qui évoque l’épisode d’Ulysse face aux sirènes dans l’Odyssée. Le programme fait référence au répertoire des « torch songs », sortes de lamentations amoureuses et jazzy chantées entre autres par Julie London, Peggy Lee ou Rita Hayworth, délicatement reprises par Élodie Frégé. Un concert pour les romantiques et les nostalgiques.

Elodie Frégé et André Manoukian © Anteprima

Une autre adorable octogénaire fait son retour à Saint-Gaudens en seconde partie de soirée, la grande organiste américaine Rhoda Scott, entourée par la nouvelle génération des jazzwomen françaises. Un épatant « Lady Quartet » devenu Lady All Stars, mondialement reconnu et admiré, qui rappelle si besoin est que le jazz se conjugue désormais au féminin, en France et ailleurs. Rendez-vous donc le 27 mai à 23h avec Sophie Alour (saxophone ténor), Airelle Besson (bugle, trompette), Céline Bonacina (saxophone baryton), Lisa Cat-Berr (saxophone alto), Géraldine Laurent (saxophone alto), Ananda Hamon (batterie), Julie Saury (batterie) et Rhoda Scott (orgue Hammond) pour découvrir leur captivant jeu de dames.

Rhoda Scott Lady All Stars © Sunset Records

Le saxophone et la génération des quadras du jazz français ont de nouveau la vedette le lendemain en la personne de Samy Thiébault qui, depuis vingt ans, mêle avec bonheur les musiques afro-américaine, caribéenne, et plus récemment indienne. Les frontières n’existent pas pour ce saxophoniste né à Abidjan d’un père français et d’une mère marocaine. Neuf albums ont déjà jalonné sa carrière de musicien engagé dans son art et son époque comme en témoigne Awé, son dernier opus paru, à propos duquel il déclare : « J’ai pris des éléments divers dans les musiques caribéennes, le jazz moderne, le classique, pour tenter un langage nouveau faisant écho à mon aspiration au vivre-ensemble face au système qui nous gouverne ». Samy Thiébault et son sextet sont programmés au Parc des Expositions le 28 mai à 21h.

Samy Thiebault © Youri Lenquette

Ce sont encore de talentueux quadras qui ont le privilège de se produire lors du concert de clôture du IN 2022 à 23h. Le groupe Électro Deluxe (groupe de l’année aux Victoires du Jazz 2017) œuvre depuis deux décennies sur la scène internationale avec son mélange étonnant et détonnant de jazz, soul, funk et hip-hop. Là aussi, c’est le « no borders, limits » qui prime et qui confère à la formation sa personnalité unique et un son reconnaissable entre tous. Bien qu’ils aient fait paraître huit albums salués à la fois par le public et la critique, le sextet et son chanteur, James Copley, donnent toute leur mesure sur scène. Autant dire que la soirée finale de ce 19e festival s’annonce explosive…

Electro Deluxe © Mélanie Lhote – Sydney Carron

Et toujours le OFF au centre de Saint-Gaudens, du 25 au 29 mai

C’est également une tradition depuis cinq ans, le OFF de Jazz en Comminges s’installe au centre de Saint-Gaudens. Le point de ralliement principal des festivaliers est désormais le CUBE, situé au 2 place du Foirail. La foisonnante programmation du OFF 2022 propose une trentaine de concerts au coeur de la ville, un stage et une exposition. D’autre part, la navette gratuite mise à la disposition du public par la communauté de communes du Saint-Gaudinois reste un service d’actualité, pour assurer le trajet entre le centre de Saint-Gaudens et le Parc des Expositions situé en contrebas de la ville.

La programmation du OFF 2022 au CUBE

Le OFF ouvre le 25 mai à 14h30 avec le PHILRO JAZZ PROJECT et son programme  « Faut qu’ça swingue ». Basée en Occitanie, l’association a été créée en 2010 par un collectif d’artistes et d’amateurs de jazz. Elle accompagne des projets artistiques visant à vulgariser cette musique auprès du jeune public par le biais de concerts destinés à toute la famille.

À 17h, les musiciens du Swing Rencontre Trio prennent la suite sur la scène du CUBE avec un répertoire aux références variées, allant de Django Reinhardt à Astor Piazzola en passant par Richard Galliano, et des standards de la chanson revus par leurs soins. Quelques-unes de leurs propres compositions extraites de l’album Pour l’Instant devraient s’inviter à la fête.

Jeudi 26 mai dès 11h, le festival propose une fenêtre ouverte sur le jazz des mondes actuels en invitant le groupe Canoa, constitué de cinq musiciens (flûte bansuri, clarinette, guitare, contrebasse, batterie) issus de pays et d’horizons musicaux différents. L’instrumentation est singulière, le cocktail a des couleurs surprenantes mais l’ensemble est parfaitement cohérent. Une curiosité à découvrir.

À 14h30 le même jour, place au NO HELLO Jazz et son imposant sextet batterie, basse, guitare, piano, trompette et saxophone. Du jazz comme on aime, énergique et festif, celui qui donne des fourmis dans les jambes.

NO HELLO Jazz

À peine le temps de souffler que déboule sur scène à 16h15 le quartet Ocre (piano, batterie, saxophone et clarinette basse), jeune formation de jazz fusion où l’on retrouve notamment les influences de la musique électronique actuelle. Des extraits de leur premier EP Pigments sont au programme.

Six Inch Feelings

Nouveau concert à 18h avec le groupe Six Inch Feelings dont les membres, venus du classique et du jazz, croient fermement que les deux mondes peuvent cohabiter. Leur répertoire est fait d’arrangements mêlant funk, soul et jazz, parfaits ingrédients d’une musique délicate et chic.

Vendredi 27 mai à 11h, le Jérémy Rollando Quartet monte sur la scène du CUBE pour présenter sa nouvelle création, La Montgolfière. Le guitariste s’est entouré de son frère Pascal Rollando aux percussions, de Florian Muller à la basse et de Thomas Perier au piano pour offrir au public du OFF des compositions aux sonorités très travaillées.

À 15h, le Naïma Quartet prend le relais. Le groupe (piano, batterie, guitare, contrebasse) mené par la chanteuse et contrebassiste Naïma Girou propose un jazz ouvert sur le monde, nourri d’influences multiples.

Rendez-vous à 17h30 avec le groupe Samëli constitué autour de sa fondatrice, la chanteuse sénégalaise Mélissa (Samëli est l’anagramme de son prénom) et de musiciens venus d’horizons divers. L’expression Musique des Mondes est certainement celle qui colle le mieux au répertoire inclassable de cette formation où l’on retrouve le guitariste Jérémy Rollando.

The Blinkers Trio lance la journée du 28 mai à 11h. Trois musiciens (piano, saxophone, batterie) réunis autour d’un jazz protéiforme où se côtoient standards réarrangés et compositions originales. Une musique Tout feu, tout flamme ancrée dans son époque mais respectueuse de la tradition.

Il faut ensuite attendre 15h pour que le Am Ketenes Quartet prenne la suite au CUBE, groupe à la carrière internationale dont la musique réunit la vitalité de la guitare manouche, l’énergie contagieuse des rythmes orientaux, le swing du jazz vocal anglo-saxon et les envolées fiévreuses du violon tzigane.

Am Ketenes Quartet

À 17h30, le sextet Back in Town fait ses débuts à Jazz en Comminges. Les six musiciens du groupe, ayant tous séjourné aux États-Unis, revendiquent un retour aux racines de la musique afro-américaine avec un répertoire mêlant New-Orleans, swing, et quelques petites épices caribéennes. Un jazz festif qui emporte tous les suffrages.

La journée de clôture du OFF et du festival, le 29 mai, commence à 11h au CUBE avec le Mystère trio 4tet et un concert au programme largement inspiré de l’album Les Ondes vagabondes paru en 2020. Le style du groupe s’appuie sur un swing forgé tout au long d’une carrière qui s’étale maintenant sur deux décennies.

C’est un autre quartet, celui des Soul Jazz Rebels, qui va lui succéder sur scène à 15h. Le groupe est formé de musiciens bien connus dans notre région (dont le guitariste Cyril Amourette et le batteur Christian Ton Ton Salut) qui jouent un jazz résolument teinté de blues et de groove, toujours très apprécié du public.

Dernier concert du OFF donné à 17h30 par les Roger’s Creole & New Orleans Brass Band. Une formation toulousaine de poche au cœur gros comme ça, adepte du répertoire New Orleans d’hier et d’aujourd’hui. Swing, blues, funk «second line», chansons créoles ou françaises reprises à la mode de Louisiane, compositions originales sont au menu de cette fin de festival.

Les Rogers Brass © Claire Hugonnet

Le OFF, ce n’est pas que le CUBE…

Au Théâtre Jean Marmignon

Le 28 mai, les musiciens du groupe Gamm’s sont en concert à 14h avec un programme de standards des années 1940-1960 revus et corrigés à leur manière. Le sextet puise l’essentiel de son inspiration dans cette période particulièrement riche tout en y apportant sa touche très personnelle.

Le même jour à 16h30, le Thomas Levade trio (saxophone baryton, piano, contrebasse) propose un autre registre avec un répertoire centré sur le Jazz West Coast ou Cool Jazz des années 1950, notamment celui des grands saxophonistes qui ont fait la gloire de ce style, Gerry Mulligan et Stan Getz.

Enfin le 29 mai à 14h, l’Orchestre du Conservatoire Guy Lafitte de Saint-Gaudens, dirigé par Léo Laguille, offre un programme de standards et de compositions originales allant du swing au funk. Un beau moment familial avec les jeunes talents commingeois.

Thomas Levade trio

JAZZ au coeur de la ville du 26 au 28 mai au centre de Saint-Gaudens

Trois groupes se succèdent à la Halle Gourmande de 11h30 à 13h et sous les arcades, place Jean Jaurès, de 13h à 14h/14h30 les 26, 27 et 28 mai.

Concert également rue Mathe de 16h à 17h30 le 26 mai, et devant le Musée, Boulevard Bepmale, de 12h30 à 14h le 26 mai. Au même endroit, Atelier Jazz de 18h30 à 19h30 le 27 mai et concert de 18h30 à 19h30 le 28 mai.

Le festival 2022, c’est aussi une exposition, un stage et une résidence

Du 24 mai au 11 juin, l’association RECUP’ART, qui soutient la conception d’œuvres d’art à partir de matériaux de récupération, présente à la galerie du Théâtre Jean Marmignon son exposition JAZZ IN THE WIND. Le festival s’engage depuis des années pour le développement durable avec une double démarche en 2022 puisque, s’il s’agit toujours de créer des oeuvres avec des éléments de récupération, s’ajoute la volonté d’associer les instruments du jazz (cuivres et bois) avec une des principales énergies renouvelables : le vent.

C’est une des grandes nouveautés de cette 19e édition, le Quartet de Nicolas Gardel et Baptiste Herbin est en résidence d’artistes du lundi 22 au mercredi 25 mai au collège Didier Daurat et à l’auditorium du Conservatoire Guy Lafitte. Hormis le dialogue entre les musiciens et les élèves sur la notion de création artistique et le sens qu’on peut lui donner, le quartet va mettre à profit cette résidence pour préparer une création de concert sous le nom du Festival Jazz en Comminges.

La tradition est encore respectée cette année, le festival propose un Stage et une Masterclass de prestige du jeudi 26 au samedi 28 mai à l’auditorium de la Médiathèque de Saint-Gaudens. Le stage de trois jours est ouvert aux malvoyants/non-voyants et animé par David Pautric avec le soutien des professeurs du Conservatoire Guy Lafitte. Pendant le stage, un artiste du IN va diriger une Masterclass durant 1h30 à 2h.

Concert de fin de stage le 28 mai à la Médiathèque de 16h à 17h (gratuit et ouvert au public).

Pour tout renseignement : écrire à Françoise Comet : fcomet@jazzencomminges.com

La luxuriante programmation de cette 19e édition fait la part belle aux nombreux talents du jazz français, montrant ainsi toute la diversité et la richesse parfois sous-estimée de notre scène nationale. Toutes les générations et tous les styles y sont représentés, pour le plus grand bonheur d’un public attendu encore en nombre du 25 au 29 mai dans la capitale du Comminges. Saluons une nouvelle fois l’enthousiasme et le travail des membres de l’organisation, le soutien financier de la ville de Saint-Gaudens et des partenaires privés, et les nombreux bénévoles qui assurent la pérennité de cet événement.

Comme aurait pu le dire la chanson, j’aime Saint-Gaudens au mois de mai…

Éric Duprix

 

Festival OFF 2022

Présentation

Les rencontres du saxophone de Saint-Gaudens sont devenu un incontournable rendez-vous du Jazz au pied des Pyrénées.  Nées d’une très belle soirée hommage à Guy Lafitte, l’enfant du pays, elles se sont harmonieusement développées au fil des ans et sont reconnues aujourd’hui, dans la sphère jazz, comme l’incontournable festival de JAZZ en COMMINGES.

Ce sont, chaque année au printemps, de grands moments de convivialité autour de créations musicales originales, de mise en commun de cultures, de générations et de styles : un vrai partage entre musiciens et public.

Au fil des éditions Le festival de JAZZ en COMMINGES est devenu un événement culturel majeur en Comminges. Sa notoriété et ses lettres de noblesses, il les doit à la recherche constante de la qualité.

Il a fallu pour cela, l’opiniâtreté des membres de l’association organisatrice, la volonté et le soutien du Sénateur de la Haute-Garonne, Président du festival, du Maire, Président de la Communauté de Communes du Saint-Gaudinois, sans oublier l’appui apporté par le Conseil Général, la Région Midi-Pyrénées et, sous diverses formes, par bon nombres d’autres institutions, entreprises et commerçants.

VIDÉOS

AFFICHES