Hommage à Michel Déon

Les Chroniqueurs

Par Christian Authier


L’écrivain décédé le 28 décembre nous lègue un art de vivre, de lire et d’écrire d’un éclat éternel.

 

Nous avions fini par croire, au fil des ans, que Michel Déon était réellement immortel, ainsi l’on qualifie les membres de l’Académie française où il avait été élu en 1978. Lui-même aimait plaisanter sur son extraordinaire longévité qui a donc pris fin le mercredi 28 décembre quelques mois après son quatre-vingt-dix-septième anniversaire. Avec la disparition de Michel Déon s’achève définitivement une époque, celle de la mythologie des hussards, de ces écrivains ayant eu entre vingt et vingt-cinq ans en 1945 – date que Roger Nimier désigna comme «la fin du monde civilisé» – et qui voulurent chasser le tragique, la gravité, l’idéologie, les interdits et les listes noires sans rien renier de leurs fidélités respectives. Avec lui s’éteint aussi un certain art de vivre, de lire et d’écrire que l’homme comme l’œuvre incarnèrent de façon aussi majestueuse qu’humble.


Lire la suite...






























    

    Des singes en hiver

    Thomas Morales et Jean-François Coulomb signent des premiers romans qui revendiquent fièrement leurs filiations entre Michel Audiard et les hussards.


    Il ne suffit pas de s’inscrire dans le sillage d’écrivains admirés pour en hériter le talent, mais afficher ses filiations et ses influences a le mérite de la franchise. Thomas Morales, dont le remarquable Dictionnaire élégant de l’automobile (à mettre également entre les mains de ceux qui n’ont pas le permis) et le recueil Lectures vagabondes disaient déjà beaucoup de ses dilections, annonce la couleur dès le titre de son premier roman : Les Mémoires de Joss B. Cela évoque la France d’avant, un film de Philippe de Broca, un Belmondo dialogué par Audiard.

     

    Son héros, Joss Beaumont, ancien journaliste et détective privé de son état, aime les voitures, les femmes, les journaux du matin, les chansons, Paris et les départementales. La nostalgie ne lui est pas étrangère et à travers ses yeux même les vilaines années 2000 prennent de douces teintes de noir et blanc.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email