Bernard Maris, encore une fois

Les Chroniqueurs

Par Christian Authier


Un peu plus de deux ans après la disparition de Bernard Maris, les hommages – en particulier livresques – se succèdent. Il est vrai que cet homme singulièrement libre a laissé un grand vide tant par son style que par son propos. Economiste, journaliste, essayiste, romancier : les classifications ne suffisent à cerner les différentes facettes de celui qui fut aussi un fin pédagogue. De sa longue expérience de professeur et d’universitaire, Bernard Maris avait préservé le don de rendre compréhensible les mécanismes et les enjeux d’une discipline parfois complexe, notamment quand elle est confisquée par des «spécialistes» soucieux de préserver leur pré carré.

 

Cet éducateur soucieux de la clarté ne cédait cependant pas à la simplification ni à la vulgarisation à outrance sinon à l’occasion dans des textes résolument pamphlétaires à l’image de ceux signés avec Philippe Labarde. En outre, certains de ses ouvrages – dont Capitalisme et Pulsion de mort écrit avec Gilles Dostaler – se révèlent plus exigeants et ardus.


Lire la suite...






























    

    Des singes en hiver

    Thomas Morales et Jean-François Coulomb signent des premiers romans qui revendiquent fièrement leurs filiations entre Michel Audiard et les hussards.


    Il ne suffit pas de s’inscrire dans le sillage d’écrivains admirés pour en hériter le talent, mais afficher ses filiations et ses influences a le mérite de la franchise. Thomas Morales, dont le remarquable Dictionnaire élégant de l’automobile (à mettre également entre les mains de ceux qui n’ont pas le permis) et le recueil Lectures vagabondes disaient déjà beaucoup de ses dilections, annonce la couleur dès le titre de son premier roman : Les Mémoires de Joss B. Cela évoque la France d’avant, un film de Philippe de Broca, un Belmondo dialogué par Audiard.

     

    Son héros, Joss Beaumont, ancien journaliste et détective privé de son état, aime les voitures, les femmes, les journaux du matin, les chansons, Paris et les départementales. La nostalgie ne lui est pas étrangère et à travers ses yeux même les vilaines années 2000 prennent de douces teintes de noir et blanc.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email