Rencontre avec Charles Robinson animée par Sarah Authesserre

Les Chroniqueurs

vendredi 9 décembre de 17h à 18h - Libraire Ombres Blanches / Galerie Confort des Etranges

Fabrication de la guerre civile se propose de plonger le lecteur une année durant au cœur d'une Cité de banlieue : la Cité des Pigeonniers. Cité fictive, dans une ville fictive elle aussi. La Cité va être rasée dans le cadre d'un projet de rénovation urbaine. Le quartier délaissé va être puissamment activé.

 

Ce qui l'intéresse, ici, c'est de saisir la vie nue sous toutes ses formes : de la vie quotidienne jusqu'aux rêves, en passant par le boulot, le pas de boulot, les amitiés, les trahisons, les rivalités, le sexe, les morts. Toutes ces strates, tous ces flux, cette accumulation dont la charge conduit à la déflagration.


Lire la suite...






























    

    La nostalgie des buffets de gare

    de Benoît Duteurtre

    Benoît Duteurtre et la poésie des gares


    L’auteur du Voyage en France, prix Médicis 2001, signe un essai aussi nostalgique que combatif sur la transformation des trains et des gares au nom de la modernité.


    Pour mesurer l’ampleur des ravages commis au nom d’une prétendue «modernité» (nom flatteur invoqué pour justifier les pires régressions mises en œuvres par les autoproclamés «modernes»), on peut prendre de vastes sujets : la financiarisation de l’économie, l’épuisement des ressources naturelles par le système productiviste, l’extension de la concurrence dite «libre et non faussée» (c’est-à-dire, par exemple, la mise en concurrence du travailleur français avec le travailleur ou l’enfant du Tiers-Monde plus ou moins réduit en esclavage), d’autres encore. Ou bien choisir un motif plus étroit, mais non moins explicite.

     

    Ainsi, de romans (Service clientèle, L’Ordinateur du Paradis…) en chroniques (Polémiques) ou essais (Le Grand embouteillage), Benoît Duteurtre consacre une part de son œuvre à l’évocation des destructions en cours en réduisant la focale sur des thèmes directement en prise avec notre quotidien : le téléphone portable, Internet, la bagnole… Dans La nostalgie des buffets de gare, l’écrivain s’attèle à la transformation de la SNCF et de ses services.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email