Contactez-nous
Mercredi 17 Janvier 2018

Galerie Barrès Rivet

Exposition Stéphane BORDARIER

du 30 novembre au 20 janvier 2018 - Galerie Barrès Rivet

Jean-Paul Barrès et Jacques Rivet ont le plaisir de vous présenter l'exposition de Stéphane Bordarier

Lire la suite...

A partir des années 90, vous choisissez de réduire votre palette. Deux couleurs (‘violet de mars’ et ‘sulfate de cuivre’) font notamment votre réputation. Afin de « ruiner toute tentative virtuose » , vous introduisez l’aléatoire dans votre processus de création. Vous peignez des formes, dont le temps d’exécution est régi par la contrainte du séchage de la colle de peau qui enduit votre toile. Vous assimilez votre technique à celle de la fresque. Vous vous dites alors comme « chassé du tableau ». Il naît de ce processus contingent une forme non préméditée et « à la limite d’elle-même », écrit Yves Michaud. Entre le principe de réalité objective et l’émotion latente qu’elle véhicule, votre peinture se situerait « au bord de la défaillance ».

Stephanie Le Follic-Hadida , catalogue Biennale de la Céramique, Chateauroux, 2017.

Jean Paul Barres amateur d'art et collectionneur et Jacques Rivet ancien commissaire priseur Membre fondateur de la Maison de Vente Artcurial ont décidé d'unir leur passion et d'ouvrir en juin une galerie d'art contemporain à Toulouse au 1 place Saintes Scarbes dans le quartier Saint Étienne .

Avec pour objectif de contribuer au rayonnement culturel de leur ville en présentant des artistes de renommée nationale ou internationale sans négliger la découverte de nouveaux talents. 

 

Claudie DADU

Exposition du 12 octobre au 25 novembre 2017

 

Au premier  abord, de loin, on ne perçoit que des cadres vides, questionnant ainsi le point de vue du regardeur qui, selon la distance de perception, voit progressivement apparaître ou disparaître le dessin. Economie de moyens extrême au rendez-vous, Claudie Dadu dessine avec un résidu corporel détachable qu’est le cheveu mort en l’associant à une vivacité graphique. A travers son dispositif,  il devient élément de rattachement, de ralliement à la vie, un lien poétique. Cette ligne organique opère et incarne le lien concernant un discours avec et sur  le corps _  enjeu social, politique et esthétique. Le tracé, secrété avec la  finesse et  la légèreté du cheveu revoie ici, non sans  humour et sensualité, à l’état de suspension due à la fragilité de la vie charnelle. Ses représentations graphiques, organiques et spatiales s’articulent, de façon  unique et décalée,  du corps au langage.