Contactez-nous
Vendredi 4 Décembre 2020

Scène aquatique

Par Jérôme Gac

À Toulouse, le Théâtre Garonne affiche une saison luxuriante qui allie théâtre, danse et musique.

Depuis toujours fidèles au Théâtre Garonne, les Flamands de TG Stan seront omniprésents cette saison à Toulouse, où ils présentent deux pièces du Norvégien Jon Fosse : la reprise de « Je suis le vent » (photo), et la création française de « Rambuku ».

On verra aussi « la Part d’Ophélie », création de et par la comédienne Georgia Scalliet qui questionne le fantasme masculin à travers plusieurs écritures (de Shakespeare à Heiner Müller), ou encore « Poquelin II », second volet de leur relecture des pièces de Molière qui puise cette fois dans « le Bourgeois gentilhomme » et « l’Avare ». Autre habitué, Gwenaël Morin met en scène de jeunes comédiens dans « Uneo uplusi eurstragé dies », trilogie tragique d’après Sophocle dont les volets (« Ajax », « Antigone », « Héraklès ») seront présentés dans divers lieux, à l’invitation du Garonne et du Théâtre Sorano.

 

Je Suis Le Vent TgStan

 

Retour également du Théâtre Dromesko, du circassien Camille Boitel, de l’auteur et metteur en scène portugais Tiago Rodrigues avec « Please Please Please », interprété par les danseuses et chorégraphes Mathilde Monnier et La Ribot, mais aussi des Flamands de la Needcompagny qui présentent une chorégraphie sur le Lied de Mahler « Der Abschied ». On attend la nouvelle création de la chorégraphe sud-africaine Robyn Orlin, et deux chorégraphies (« Cascade », »Celestial Sorrow ») de l’Américaine Meg Stuart.

La saison s’achève avec une création du chorégraphe burkinabé Salia Sanou sur un texte de Gaël Faye. L’Italienne Sylvia Costa est attendue avec deux spectacles: « Comédie », de Beckett ; « La Damoiselle élue », poème lyrique de Claude Debussy couplé au cycle de mélodies « le Carnet d’un disparu », de Leos Janacek, dans une production du Théâtre du Capitole.

Dans le cadre du festival In Extremis, placé cette année sous le signe de l’hospitalité, Sylvain Creuzevault revient avec son spectacle d’après Karl Marx, désormais intitulé « Banquet Capital », qui convie cette fois le public sur scène. Les nouveaux rendez-vous «À bas bruit» installent chaque trimestre des artistes dans les sous-sols du théâtre avec des formes courtes (étude préparatoire à une production en cours ou performance musicale).

 

Enfin, classique, contemporaine ou actuelle, la musique aura une place centrale toute la saison. On annonce ainsi la présence soutenue du compositeur Pierre-Yves Macé qui collaborera avec les ensembles Dedalus et L’Instant Donné. Parmi les concerts exceptionnels, citons la soirée « Gibraltar », au point de rencontre entre flamenco espagnol, malhoun marocain et fado portugais, ou encore le spectacle de la compagnie Les Ballets Confidentiels, « Dans un train », mais aussi la nuit marocaine Lila gnawa avec l’ensemble d’Abdelziz Arradi, dit «Rasta», qui mêlera musique et danse.

Jérôme Gac
pour le mensuel Intramuros

Billetterie en ligne du Théâtre Garonne

Théâtre Garonne