Contactez-nous
Mardi 19 Septembre 2017

Concert exceptionnel pour les 30 ans du trio Wanderer

Lundi 13 novembre 2017 à 20h30 - Auditorium Saint Pierre des Cuisines (Toulouse)

Concert au bénéfice de  la Maison Des Droits des Enfants et des Jeunes de Toulouse

 

Extrait du livre Trio Wanderer 30 ans Olivier BELLAMY (art 3)

Sur  scène, les Wanderer sont eux-mêmes, sans chichis et sans salamalecs. Des spectateurs leur font parfois remarquer qu'ils ne sourient guère ou qu'ils ne se regardent presque jamais.

On prétendait la même chose à propos des membres du quatuor Amadeus. " le plus important, c'est ce qu'on entend, non?" D'autres musiciens ne se gênent pas pour en rajouter. Fermant les yeux pour que le  public se dise à quel point ils sont "dans la musique". Echangeant des regards intenses pour compenser la pâleur sonore qu'ils produisent.

Ceux qui suivent les Wanderer depuis longtemps savent que tout dans leur gestique est dévoué à la musique. Rien pour la frime et la caméra. Ils n'ont pas besoin de se regarder pour jouer ensemble. S'ils se livraient à ce subterfuge, ça leur apparaîtrait si peu naturel qu'ils ne pourraient s'empêcher d'éclater de rire. Et trois de se rappeler l’un des plus beaux compliments qu'on leur ait  fait :" C'est drôle, vous avez un son de vieux" ce qui diffère d'un "vieux son", voire d'une tête de con. Nuance !

Trio Wanderer

En trente ans d'activité, le Trio Wanderer a joué plus de cent cinquante œuvres différentes dont une centaine de trios. Le reste se compose de quatuors et de quintettes avec piano, de trio avec chant, ainsi que de six triples concertos.

Dans le jargon Wanderer, une œuvre qui est un pilier de leur répertoire et qu'ils n'ont pas besoin de répéter à fond s'appelle 'Une Autoroute", répondent les acolytes en choeur. Le terme s'applique aux deux Schubert, aux deux Mendelssohn, au deuxième de 'Chosta", au premier de Schumann, au "Tchaïko", au Ravel. Ils réservent aussi un surnom à certaines œuvres : le trio en mi bémol de Schubert, c’est Barry Lyndon"...