Contactez-nous
Jeudi 21 Mars 2019

Exceptionnel, la collection de tableaux des Motais de Narbonne

Par Michel Grialou

Exceptionnel en effet car, pour la première fois dans son intégralité, le couple de collectionneurs lève le voile sur trente années de plaisir et d’émulation à réunir des tableaux de peintures françaises et italiennes des XVIIè et XVIIIè qui partagent leur quotidien au fur et à mesure de leurs achats. À la Fondation Bemberg, jusqu’au 2 juin 2019. 

 

Portrait de femme sous les traits de Vénus ou d’une source (détail) par Nicolas Colombel

 

Les soixante dix neuf  peintures représente un ensemble réuni avec passion et grand discernement par Guy et Héléna Motais de Narbonne, deux amateurs qui racontent un grand pan de leur vie au travers de leurs découvertes successives dont ils ne se séparent définitivement que très rarement. Jamais cette collection à l’extraordinaire cohérence n’avait été exposée dans son intégralité.

Se sentant moins collectionneurs que passeurs, ils partagent leurs œuvres avec la conviction qu’ils n’en sont que les éphémères propriétaires, n’étant guère guidée par le lucre, aucunement, mais bien davantage par la curiosité, l’émulation, l’admiration face à la créativité d’artistes.

 

Guy et Héléna Motais de Narbonne à l’entrée de l’exposition
 

« Bien sûr, le coût est déterminant, mais il y a plus. Il faut aiguiser son regard, accepter d’aller au-delà d’une vision immédiate de l’œuvre d’art et accepter la recherche et l’apprentissage d’un domaine qui est passionnant. Il faut essayer de comprendre les œuvres, tout en laissant s’exprimer son goût personnel, naturellement. » Les Motais de Narbonne

Leurs acquisitions se font toujours de concert, au gré des coups de cœur, le principal moteur, des souvenirs ou des réflexions qu’elles peuvent susciter. C’est pourquoi chaque tableau leur “parle“ et que les découvrir les uns après les autres, commentés par l’un ou l’autre ou les deux à la fois, au fur et à mesure du parcours est bien un atout supplémentaire, nos deux amateurs se comportant comme des guides de luxe. C’est bien une collection vivante, un qualificatif rarement attribué.

 

Héléna de Motais devant le tableau d’Alessandro Rossi : David tenant la tête de Goliath

 

On en saisit d’autant mieux le cheminement sensible et inconscient qui a pu conduire à l’acquisition d’une toile, en scrutant avec le regard curieux des collectionneurs les détails qui les ont “accrochés“, retenus leur attention, en sentant d’autant plus, dans chaque œuvre, ce qui constitue leur propre goût et qui a pu donner le “ton“ à leur collection depuis le premier achat.

« La constitution d’un ensemble comme celui-ci rend très modeste, car on s’aperçoit que l’on a tellement à apprendre pour former son regard et son goût, pour la connaissance du milieu des artistes, de tout ce qui entoure un peintre et qui conditionne son art. On s’aperçoit que l’on est qu’au tout début de quelque chose et que nous n’aurons pas assez d’une vie pour approfondir. » Les Motais de Narbonne

 

Héléna Motais s’interroge toujours sur La Madeleine pénitente de Jacques Blanchard

 

L’exposition se cloisonne “sans cloisons“ ! dans une superbe scénographie de Nathalie Crinière et sous l’autorité de la Commissaire de l’exposition Olivia Voisin. Le regard de nos deux collectionneurs en symbiose totale s’étant éduqué à la peinture, ils ont laissé le dessin de côté et, d’autre part, ils avouent, de par leur éducation, être plus attirés par la peinture d’histoire. Ce qui leur plaît énormément, c’est aussi tout le travail de recherches qu’il faut mener autour d’un tableau, une vraie incitation intellectuelle.

 

Olivia Voisin, commissaire, présente le Judith et Holopherne de Ludovico Mazzanti

 

Le parcours débute avec : la Naissance d’une collection, le Détail insolite, Les Ténèbres, la Lumière, Les Sujets savants, Le dialogue silencieux, Les musées en modèle, Le Goût de l’attribution. Autre indice capital, ce n’est pas la signature qui excite leur curiosité, quand on peut la connaître, mais bien le tableau lui-même. Aussi, préfèrent-ils toujours un bon tableau d’un artiste de second rang à une toile médiocre d’un auteur prestigieux. Tous deux se prêtent d’ailleurs fort bien au suspense de l’attribution, ou non, d’un tableau à tel ou tel peintre.

 

 

Tout au long de votre parcours, vous aurez remarqué que les Motais de Narbonne ont toujours manifesté une attirance marquée pour des œuvres dans lesquelles l’histoire et l’humain sont prépondérants. Leurs achats correspondent à des coups de cœur, c’est un fait, mais la fréquentation des musées, leur familiarité avec, ils vous diront que leur regard a été ainsi fortement conditionné, tout comme leur goût. Pas étonnant alors que leur souhait, maintenant, soit aussi de faire connaître au maximum tout ce qui a pu les émouvoir et qui se caractérise toujours par une vraie « personnalité ». Autre remarque, la qualité du livre de l’exposition est telle que l’on vous conseille presque de faire le parcours, « le livre à la main » mais, je conçois qu’il est un peu lourd !! En tous les cas, le travail de recherche, la qualité des iconographies est telle, que l’achat en paraît indispensable.

 

Saint-Jérôme en prière (détail) – Joseph Marie Vien

 

« La peinture, c’est une délectation, une joie, c’est un des bonheurs de l’existence. » Les Motais de Narbonne.

 

2132 BEM 600x100pxavec Cadre

Horaires & Tarifs • Fondation Bemberg

 

Fondation Bemberg
Collection Motais de Narbonne
Exposition du 22 février au 02 juin 2019