Contactez-nous
Lundi 26 Octobre 2020

CinéMardi – Coup de cœur : Sonnenallee

mardi 27 octobre à 18h30 - Goethe-Institut

Réalisateur : Leander Haußmann, 94 mn., 1998/99, VOSTF

Le film « Sonnenallee », ose poser un regard rétrospectif sur la RDA sur le ton de l’humour n’hésitant pas à céder à l’exagération, la provocation. Il y est question de sentiments, de jeunes gens, de chansons et de danses interdites et du grand amour qui change tout.

Adapté du roman de Thomas Brussig, le réalisateur, Leander Haußmann, rend compte de manière humoristique de l’ambiance qui régnait à Berlin-Est dans les années 70.

Micha Ehrenreich a 17 ans et vit dans la Sonnenallee avec ses parents et sa sœur. Cette rue est coupée en deux, la plus grande partie se trouvant dans le quartier de Neukölln, donc à l’Ouest, tandis que l’autre partie est dans le quartier de Treptow, à l’Est de la ville divisée. Micha habite dans la partie Est et rêve de devenir une star de la musique. Il se soucie peu de politique : il n’est ni réellement pour ni réellement contre le système politique de la RDA. Mais il aimerait, comme la plupart des jeunes rebelles, faire bouger l’ordre social « de l’intérieur ». Le film met également en scène Mario, un ami de Micha influencé par l’existentialisme, et Wuschel, un de leurs copains qui va connaître des problèmes en raison d’un disque des Rolling Stones. Un oncle vivant à l’Ouest fait parvenir illégalement des collants en nylon à la mère de Micha et tient des discours sur la contamination à l’amiante en RDA. Un voisin est peut-être au service de la Stasi. La seule chose dont Micha est sûr, c’est qu’il est amoureux de Miriam, une fille merveilleuse et inaccessible. Pour elle, il est prêt à tout.

Si Leander Haußmann a confié les rôles principaux à des acteurs totalement inconnus à l’époque, les rôles secondaires, eux, sont interprétés par des vétérans plusieurs fois primés du cinéma allemand, tels que Katharina Thalbach, Henry Hübchen ou Ignaz Kirchner.

Leander Haußmann a fait ses études à la « Hochschule für Schauspielkunst Ernst Busch » (école d’art dramatique) de Berlin. Il est désigné meilleur réalisateur espoir en 1991, et s’est vu confier la direction du théâtre de Bochum en 1995, poste qu’il a occupé jusqu’à 2000. Depuis Leander Haußmann a été metteur en scène à la Volksbühne de Berlin, au Berliner Ensemble, au Thalia-Theater de Hambourg ainsi qu’au Residenz-Theater de Munich. Leander Haußmann et Thomas Brussig ont reçu en 1999 le prix du gouvernement fédéral allemand du Meilleur scénario. Le film a également remporté en 2000 au Deutscher Filmpreis (« Prix du film allemand ») le second prix du meilleur film ainsi que le prix du meilleur décor.

Monika Wolf, ATER à la Section d’Allemand de l’Université Toulouse 2 – Jean Jaurès, présentera le film avant le début de la projection et nous expliquera également pourquoi « Sonnenallee » lui plaît particulièrement.