Jean-Edern Hallier, l"idiot insaisissable

Les Chroniqueurs

Jean-Claude Lamy

Par Christian Authier


C’était Jean-Edern…


Avec Jean-Edern Hallier, L’idiot indispensable, Jean-Claude Lamy signe un livre éblouissant sur un écrivain hors normes.

 

Et si Jean-Claude Lamy avait écrit le meilleur livre «de» Jean-Edern Hallier ? C’est finalement ce que l’on se dit en ayant terminé cette biographie-fleuve de 600 pages qui reflète sans doute mieux la vérité de l’écrivain et polémiste que ses propres livres dont les meilleurs se nomment Le premier qui dort réveille l’autre, L’Évangile du fou et Je Rends Heureux. D’ailleurs, Hallier n’était pas dupe en disant «Mon chef-d’œuvre, c’est ma vie». Son père, le général André Adolphe Hallier, regrettait qu’il ne soit pas passé par la case prison : «Un an à la bastille, il aurait pu écrire un grand roman».


Lire la suite...






























    

    Les Lois de l’apogée

    Jean Le Gall

    Le bûcher des vanités

    Par Christian Authier


    Jean Le Gall signe avec Les Lois de l’apogée un roman virtuose et jubilatoire autour de trois personnages évoluant dans le monde littéraire, la politique et les affaires.

     

    Il y a un plaisir particulier à lire Les Lois de l’apogée en pleine rentrée littéraire quand les engouements grégaires de la critique encensent une quinzaine de livres – en général de fausses valeurs et des bêtes à Goncourt calibrées – parmi une production de plusieurs centaines de titres. Car l’un des motifs du troisième roman de Jean Le Gall est précisément le «milieu littéraire», notamment à travers la destinée de Jérôme Vatrigan. En 1988, ce jeune homme chic, alors âgé de 23 ans, remporte le prix Goncourt pour son premier roman. Le coup de maître du prodige, catalogué néo-hussard, restera sans suite.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email