Jean-Edern Hallier, l"idiot insaisissable

Les Chroniqueurs

Jean-Claude Lamy

Par Christian Authier


C’était Jean-Edern…


Avec Jean-Edern Hallier, L’idiot indispensable, Jean-Claude Lamy signe un livre éblouissant sur un écrivain hors normes.

 

Et si Jean-Claude Lamy avait écrit le meilleur livre «de» Jean-Edern Hallier ? C’est finalement ce que l’on se dit en ayant terminé cette biographie-fleuve de 600 pages qui reflète sans doute mieux la vérité de l’écrivain et polémiste que ses propres livres dont les meilleurs se nomment Le premier qui dort réveille l’autre, L’Évangile du fou et Je Rends Heureux. D’ailleurs, Hallier n’était pas dupe en disant «Mon chef-d’œuvre, c’est ma vie». Son père, le général André Adolphe Hallier, regrettait qu’il ne soit pas passé par la case prison : «Un an à la bastille, il aurait pu écrire un grand roman».


Lire la suite...






























    

    Le Dictionnaire amoureux de la Chanson française

    de Bertrand Dicale

    Et tout finit par des chansons

    Par Serge Chauzy


    Il n’est pas si loin le temps où le repas familial dominical, touchant à sa fin, après dessert, café et pousse-café, on passait aux choses sérieuses : « Le tour de table en chanson », chacun poussant la sienne, avec plus ou moins de bonheur et de justesse, avec reprise en chœur, aux refrains.


    Honneur à la plus ancienne mémé qui avait son répertoire et son modèle : Berthe Sylva, avec « Les roses blanches » que la jeune gamine apportait à sa maman malade à l’hôpital où elle allait mourir. Triste chanson, mais dont tout le monde reprenait en chœur le refrain. Ensuite c’était le jeune tonton, de retour de 5 ans de captivité en Allemagne et qui chantait, lui, la joie primaire du jeune héros basque, « Ramuncho », chanté alors par André Dassary qui voulait, ainsi, faire oublier son « Maréchal nous voilà ! » de l’occupation allemande !


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email