Hommage à Michel Déon

Les Chroniqueurs

Par Christian Authier


L’écrivain décédé le 28 décembre nous lègue un art de vivre, de lire et d’écrire d’un éclat éternel.

 

Nous avions fini par croire, au fil des ans, que Michel Déon était réellement immortel, ainsi l’on qualifie les membres de l’Académie française où il avait été élu en 1978. Lui-même aimait plaisanter sur son extraordinaire longévité qui a donc pris fin le mercredi 28 décembre quelques mois après son quatre-vingt-dix-septième anniversaire. Avec la disparition de Michel Déon s’achève définitivement une époque, celle de la mythologie des hussards, de ces écrivains ayant eu entre vingt et vingt-cinq ans en 1945 – date que Roger Nimier désigna comme «la fin du monde civilisé» – et qui voulurent chasser le tragique, la gravité, l’idéologie, les interdits et les listes noires sans rien renier de leurs fidélités respectives. Avec lui s’éteint aussi un certain art de vivre, de lire et d’écrire que l’homme comme l’œuvre incarnèrent de façon aussi majestueuse qu’humble.


Lire la suite...






























    

    Vingt-quatre heures dans la vie d"un couple

    Par Christian Authier


    Philippe Lacoche met en scène un homme tentant de retenir celle qui va le quitter. Un suspense sentimental et musical.


    Peut-on sauver un couple en vingt-quatre heures ? C’est le défi que se lance Pierre lorsque sa compagne, Géraldine, lui annonce que, cette fois, elle le quitte pour de bon. Elle a «quelqu’un», elle ne l’aime plus. Les habitudes ont chassé la passion. L’histoire est connue. Restons bons amis, lui dit-elle.

     

    Comment avait-il pu, lui, modeste journaliste quinquagénaire «pas très beau», séduire cette jeune femme qui lui rappelait Jane Birkin époque Melody Nelson ? Comment ont-ils pu passer six années ensemble, des années plutôt heureuses malgré quelques crises ? La musique y est pour beaucoup. Il l’avait rencontrée dans un bar où elle chantait, lui avait écrit un texte, puis l’avait soutenue dans ses rêves de succès. Car Géraldine, Géa de son nom de scène, se verrait bien en haut de l’affiche.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email