Benoît Duteurtre, à contretemps

Les Chroniqueurs

Par Christian Authier


L’écrivain publie avec Pourquoi je préfère rester chez moi un recueil de chroniques diverses dans lesquelles il bouscule les modes et le prêt-à-penser de l’époque.


«Je me pose des questions. D’anciennes et de nouvelles, avec un goût marqué pour les contradictions», annonce l’auteur de Gaieté parisienne, Service clientèle ou La Rebelle – romans s’attachant à décrire (non sans légèreté et humour grinçant) quelques-unes des mutations contemporaines – dans l’avant-propos de ce recueil aux motifs variés. «Il est possible que je m’attache trop à des plaisirs disparus, voire à l’idée que certaines choses étaient « mieux avant ». Je n’ai pourtant rien contre la notion de progrès, et je suppose que notre époque en apporte beaucoup, dont d’autres se chargent de faire l’apologie… Quant à moi, en rassemblant ces diverses « polémiques », j’ai voulu épingler certaines réformes qui ne rendent pas le monde meilleur, des évolutions fâcheuses qui n’étaient pas toujours inéluctables. Cherchant à peser, dans chaque bond en avant, ce que nous gagnons et ce que nous perdons, je me livre à une critique de la vie quotidienne qui voudrait au moins inviter à réfléchir», poursuit-il.


Lire la suite...






























    

    Jugan ou la tentation du mal

    Par Christian Authier


    Dans une petite ville de province, un ancien terroriste refait surface. Jérôme Leroy signe avec Jugan un roman magnétique et désenchanté aux allures de tragédie grecque.


    Il y a plusieurs tons, plusieurs univers chez Jérôme Leroy même si tous ses livres sont le reflet d’une même sensibilité faite de nostalgie et de rage au cœur, de mélancolie et de morale aristocratique. Ces dernières années, il a publié deux romans à la Série noire, Le Bloc et L’Ange gardien, autour de l’extrême droite hexagonale. Voici quelques mois, il a signé un beau recueil de poèmes, Sauf dans les chansons, en nous rappelant que son talent transcendait les genres. Ses lecteurs connaissent aussi la prédilection de l’écrivain pour des romans d’anticipation apocalyptiques dont La minute prescrite pour l’assaut est l’une des plus belles réussites. Revoici en cette rentrée littéraire Jérôme Leroy avec Jugan, d’apparence plus classique bien que les ressorts du roman noir nourrissent la tension du récit.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email