Jean-Edern Hallier, l"idiot insaisissable

Les Chroniqueurs

Jean-Claude Lamy

Par Christian Authier


C’était Jean-Edern…


Avec Jean-Edern Hallier, L’idiot indispensable, Jean-Claude Lamy signe un livre éblouissant sur un écrivain hors normes.

 

Et si Jean-Claude Lamy avait écrit le meilleur livre «de» Jean-Edern Hallier ? C’est finalement ce que l’on se dit en ayant terminé cette biographie-fleuve de 600 pages qui reflète sans doute mieux la vérité de l’écrivain et polémiste que ses propres livres dont les meilleurs se nomment Le premier qui dort réveille l’autre, L’Évangile du fou et Je Rends Heureux. D’ailleurs, Hallier n’était pas dupe en disant «Mon chef-d’œuvre, c’est ma vie». Son père, le général André Adolphe Hallier, regrettait qu’il ne soit pas passé par la case prison : «Un an à la bastille, il aurait pu écrire un grand roman».


Lire la suite...






























    

    Nicolas Fargues, un roman français

    Par Christian Authier


    Avec Au pays du p’tit, l’auteur de J’étais derrière toi signe un roman jubilatoire mêlant portrait au vitriol de la France et un cruel marivaudage.


    Dans la plupart de ses romans, du Tour du propriétaire à J’étais derrière toi en passant par One Man Show ou Beau rôle, Nicolas Fargues met en scène des bobos, des intellectuels, des écrivains – manières de doubles romanesques de l’auteur librement réinventés. Aucun penchant nombriliste ou germanopratin cependant dans ces comédies humaines aussi cruelles que drôles. Les romans de Fargues échappent aux clichés qui peuvent définir leurs personnages car ils ne cessent précisément d’ausculter l’hypocrisie, les mensonges, les faux-semblants, les masques, les préjugés. De même, ils traquent les tics, les modes et les conformismes d’une modernité que l’écrivain épingle avec une précision de sociologue sans céder aux facilités de la thèse ou du didactisme.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email