Bernard Maris, encore une fois

Les Chroniqueurs

Par Christian Authier


Un peu plus de deux ans après la disparition de Bernard Maris, les hommages – en particulier livresques – se succèdent. Il est vrai que cet homme singulièrement libre a laissé un grand vide tant par son style que par son propos. Economiste, journaliste, essayiste, romancier : les classifications ne suffisent à cerner les différentes facettes de celui qui fut aussi un fin pédagogue. De sa longue expérience de professeur et d’universitaire, Bernard Maris avait préservé le don de rendre compréhensible les mécanismes et les enjeux d’une discipline parfois complexe, notamment quand elle est confisquée par des «spécialistes» soucieux de préserver leur pré carré.

 

Cet éducateur soucieux de la clarté ne cédait cependant pas à la simplification ni à la vulgarisation à outrance sinon à l’occasion dans des textes résolument pamphlétaires à l’image de ceux signés avec Philippe Labarde. En outre, certains de ses ouvrages – dont Capitalisme et Pulsion de mort écrit avec Gilles Dostaler – se révèlent plus exigeants et ardus.


Lire la suite...






























    

    La Civilisation du spectacle

    de Mario Vargas Llosa

    Vargas Llosa, malaise dans la civilisation

    Par Christian Authier

     

    Dans La Civilisation du spectacle, le prix Nobel de littérature s’en prend à une époque où la culture est menacée par ses formes dévoyées.

     

    Un nouveau roman – Un Héros discret – et une nouvelle traduction de Conversation à La Catedral accompagnent la sortie en France de La Civilisation du spectacle paru en 2012 aux éditions espagnoles Alfaguara. Cette riche actualité ne doit pas occulter ce recueil de textes dont le titre fait référence à La Société du spectacle de Guy Debord. Si Vargas Llosa reprend ici l’une des idées principales du pape du situationnisme (l’avènement d’une société où le fétichisme de la marchandise est total, d’un monde où le vrai est un moment du faux, c’est-à-dire où l’illusion du mensonge est devenue vérité), il ne se livre pas à une exégèse de la pensée debordienne, mais plutôt à une libre réinterprétation à la lumière des temps où nous sommes.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email