Jean-Edern Hallier, l"idiot insaisissable

Les Chroniqueurs

Jean-Claude Lamy

Par Christian Authier


C’était Jean-Edern…


Avec Jean-Edern Hallier, L’idiot indispensable, Jean-Claude Lamy signe un livre éblouissant sur un écrivain hors normes.

 

Et si Jean-Claude Lamy avait écrit le meilleur livre «de» Jean-Edern Hallier ? C’est finalement ce que l’on se dit en ayant terminé cette biographie-fleuve de 600 pages qui reflète sans doute mieux la vérité de l’écrivain et polémiste que ses propres livres dont les meilleurs se nomment Le premier qui dort réveille l’autre, L’Évangile du fou et Je Rends Heureux. D’ailleurs, Hallier n’était pas dupe en disant «Mon chef-d’œuvre, c’est ma vie». Son père, le général André Adolphe Hallier, regrettait qu’il ne soit pas passé par la case prison : «Un an à la bastille, il aurait pu écrire un grand roman».


Lire la suite...






























    

    Correspondance (1950-1962)

    de Paul Morand et Roger Nimier

    Au galop des hussards


    La correspondance entre Paul Morand et Roger Nimier retrace l’amitié nouée par «l’Homme pressé» et le «Hussard bleu».


    À la fin, le talent gagne toujours. Nimier et les «hussards» n’ont pas eu les honneurs de l’université et des manuels officiels de littérature, leurs aînés Morand et Chardonne non plus, mais l’éclat souverain de leurs œuvres est intact.

     

    D’ailleurs qui édite-t-on aujourd’hui ? Le deuxième volume de la correspondance Morand-Chardonne (près de 1200 pages pour les années 1961-1963) vient de paraître deux ans après la sortie du premier tome tandis que celle de Morand et Nimier arrive elle aussi en librairie… Ce ne sont pas les lettres de Sarraute, Butor ou Duras que l’on s’arracherait.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email