Jean-Edern Hallier, l"idiot insaisissable

Les Chroniqueurs

Jean-Claude Lamy

Par Christian Authier


C’était Jean-Edern…


Avec Jean-Edern Hallier, L’idiot indispensable, Jean-Claude Lamy signe un livre éblouissant sur un écrivain hors normes.

 

Et si Jean-Claude Lamy avait écrit le meilleur livre «de» Jean-Edern Hallier ? C’est finalement ce que l’on se dit en ayant terminé cette biographie-fleuve de 600 pages qui reflète sans doute mieux la vérité de l’écrivain et polémiste que ses propres livres dont les meilleurs se nomment Le premier qui dort réveille l’autre, L’Évangile du fou et Je Rends Heureux. D’ailleurs, Hallier n’était pas dupe en disant «Mon chef-d’œuvre, c’est ma vie». Son père, le général André Adolphe Hallier, regrettait qu’il ne soit pas passé par la case prison : «Un an à la bastille, il aurait pu écrire un grand roman».


Lire la suite...






























    

    Jours de Libération

    de Mathieu Lindon

    Mathieu Lindon ou la fin d'une époque


    Dans un récit drôle et teinté de nostalgie, Jours de Libération, l’écrivain raconte son métier de journaliste au sein du quotidien où il travaille depuis plus de trente ans.


    Début 2014, Libération traversait une grave crise et un long mouvement de grève provoqués par le projet de la direction et des actionnaires visant à enrayer la chute des ventes en faisant du journal «un réseau social, créateur de contenus monétisables sur une large palette de supports multimédias (print, vidéo, TV, digital, forums, évènements, radio, etc.)». Au nom d’«un déménagement devenu inéluctable» (l’immeuble loué par le journal appartient à Bruno Ledoux, actionnaire à 26 % de Libération), le siège historique du journal de 4500 m2, rue Béranger, était appelé à devenir «un espace culturel et de conférence comportant un plateau télé, un studio radio, une newsroom digital, un restaurant, un bar, un incubateur de start-up».


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email