Hommage à Michel Déon

Les Chroniqueurs

Par Christian Authier


L’écrivain décédé le 28 décembre nous lègue un art de vivre, de lire et d’écrire d’un éclat éternel.

 

Nous avions fini par croire, au fil des ans, que Michel Déon était réellement immortel, ainsi l’on qualifie les membres de l’Académie française où il avait été élu en 1978. Lui-même aimait plaisanter sur son extraordinaire longévité qui a donc pris fin le mercredi 28 décembre quelques mois après son quatre-vingt-dix-septième anniversaire. Avec la disparition de Michel Déon s’achève définitivement une époque, celle de la mythologie des hussards, de ces écrivains ayant eu entre vingt et vingt-cinq ans en 1945 – date que Roger Nimier désigna comme «la fin du monde civilisé» – et qui voulurent chasser le tragique, la gravité, l’idéologie, les interdits et les listes noires sans rien renier de leurs fidélités respectives. Avec lui s’éteint aussi un certain art de vivre, de lire et d’écrire que l’homme comme l’œuvre incarnèrent de façon aussi majestueuse qu’humble.


Lire la suite...






























    

    Jours de Libération

    de Mathieu Lindon

    Mathieu Lindon ou la fin d'une époque


    Dans un récit drôle et teinté de nostalgie, Jours de Libération, l’écrivain raconte son métier de journaliste au sein du quotidien où il travaille depuis plus de trente ans.


    Début 2014, Libération traversait une grave crise et un long mouvement de grève provoqués par le projet de la direction et des actionnaires visant à enrayer la chute des ventes en faisant du journal «un réseau social, créateur de contenus monétisables sur une large palette de supports multimédias (print, vidéo, TV, digital, forums, évènements, radio, etc.)». Au nom d’«un déménagement devenu inéluctable» (l’immeuble loué par le journal appartient à Bruno Ledoux, actionnaire à 26 % de Libération), le siège historique du journal de 4500 m2, rue Béranger, était appelé à devenir «un espace culturel et de conférence comportant un plateau télé, un studio radio, une newsroom digital, un restaurant, un bar, un incubateur de start-up».


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email