Rencontre avec Charles Robinson animée par Sarah Authesserre

Les Chroniqueurs

vendredi 9 décembre de 17h à 18h - Libraire Ombres Blanches / Galerie Confort des Etranges

Fabrication de la guerre civile se propose de plonger le lecteur une année durant au cœur d'une Cité de banlieue : la Cité des Pigeonniers. Cité fictive, dans une ville fictive elle aussi. La Cité va être rasée dans le cadre d'un projet de rénovation urbaine. Le quartier délaissé va être puissamment activé.

 

Ce qui l'intéresse, ici, c'est de saisir la vie nue sous toutes ses formes : de la vie quotidienne jusqu'aux rêves, en passant par le boulot, le pas de boulot, les amitiés, les trahisons, les rivalités, le sexe, les morts. Toutes ces strates, tous ces flux, cette accumulation dont la charge conduit à la déflagration.


Lire la suite...






























    

    Picasso, le mythique rideau de scène

    "Rideau de scène pour Le Quatorze-Juillet" de Romain Rolland.

    Il s’agit là de l’histoire d’une œuvre d’art très particulière à laquelle les Toulousains sont fortement attachés : le fameux « Rideau de scène pour le 14 juillet » de Pablo Picasso, exposé périodiquement (protection oblige) dans ce beau musée d’Art moderne et d’Art contemporain Les Abattoirs. En 1998, le premier directeur de cette institution, Alain Mousseigne, avait consacré à cette œuvre un essai éclairé et bien documenté. A l’occasion du 50ème anniversaire de l’exposition « Picasso et le théâtre », à l’origine de la venue à Toulouse de ce fameux rideau, il a accepté de réviser ce texte et de l’agrémenter de photos inédites de Dora Maar liées à la naissance de ce chef-d’œuvre.

     

    Un utile rappel historique ouvre cette révision préfacée par Olivier Michelon, l'actuel Directeur du musée Les Abattoirs et de la Frac Midi-Pyrénées. On doit à Denis Milhau, alors conservateur du Musée des Augustins, l’organisation en 1965 de l’exposition «Picasso et le théâtre» dont l’un des joyaux n’était autre que le rideau de scène. A la demande de prolongation du prêt, formulée par Denis Milhau, le peintre répondit généreusement par un don !


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email