Jean-Edern Hallier, l"idiot insaisissable

Les Chroniqueurs

Jean-Claude Lamy

Par Christian Authier


C’était Jean-Edern…


Avec Jean-Edern Hallier, L’idiot indispensable, Jean-Claude Lamy signe un livre éblouissant sur un écrivain hors normes.

 

Et si Jean-Claude Lamy avait écrit le meilleur livre «de» Jean-Edern Hallier ? C’est finalement ce que l’on se dit en ayant terminé cette biographie-fleuve de 600 pages qui reflète sans doute mieux la vérité de l’écrivain et polémiste que ses propres livres dont les meilleurs se nomment Le premier qui dort réveille l’autre, L’Évangile du fou et Je Rends Heureux. D’ailleurs, Hallier n’était pas dupe en disant «Mon chef-d’œuvre, c’est ma vie». Son père, le général André Adolphe Hallier, regrettait qu’il ne soit pas passé par la case prison : «Un an à la bastille, il aurait pu écrire un grand roman».


Lire la suite...






























    

    Qui dira la souffrance d’Aragon ?

    de Gérard Guégan

    Les amours clandestines d'Aragon


    Gérard Guégan imagine avec Qui dira la souffrance d’Aragon ? la passion nouée, en 1952, l’espace de quelques jours, entre un envoyé du Kominform et le grand écrivain.


    Dans ses précédents livres, Fontenoy ne reviendra plus et Appelez-moi Stendhal, Gérard Guégan explorait les secrets et les zones d’ombres de deux destinées hors du commun : celle d’un intellectuel et écrivain passé (pour faire court) du communisme au fascisme ; celle de l’auteur du Rouge et le Noir, en particulier à travers le prisme de sa dernière journée sur terre.

     

    Qui dira la souffrance d’Aragon ? prolonge d’une certaine manière ces livres en tentant, une nouvelle fois, d’aller voir derrière les masques, les jeux de rôles, les papiers d’identité.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email