Remise du 32e Prix du Jeune Ecrivain de langue française

Les Chroniqueurs

mercredi 29 mars à 20h - Théâtre municipal de Muret

Lecture d’extraits des textes primés par deux comédiens de la Comédie-Française.

 

En présence des écrivains du jury et des lauréats du 32e Prix.

 

Sylvia Bergé, sociétaire de la Comédie-Française depuis 1998, et Didier Sandre, Molière du meilleur acteur en 1996 et pensionnaire de la Comédie-Française depuis 2013, liront des extraits des nouvelles lauréates du 32e Prix. Ils seront accompagnés musicalement par Claire Gimatt et Pierre-Yves Meyer.

 

La soirée se clôturera par un cocktail et une séance de dédicaces, l’occasion de rencontrer les écrivains du jury et les douze lauréats de cette année.

 

Lire la suite...






























    

    Un instant d"abandon dans les bras de James Dean

    "Vivre vite" de Philippe BESSON (Julliard)

    Le génie de Philippe Besson, qui compte au nombre des écrivains les plus talentueux de sa génération depuis son entrée fracassante en littérature il y a bientôt quinze ans avec son sublime roman "En l'absence des hommes", réside dans le mélange unique, dont chacun (ou presque) de ses romans est le fruit, fait de cette insondable délicatesse qui lui permet de fouiller le coeur des hommes pour en extraire les blessures les plus profondes sans jamais les faire saigner, de cette noire simplicité avec laquelle, tel Pierre Soulages, il peint leur solitude, leurs doutes et leurs souffrances, de cette amère subtilité qu'il utilise pour habiller des mots les plus justes les maux invisibles mais pas indolores de ses personnages, de cette virtuosité quasi-cinématographique grâce à laquelle il compose les décors impressionnistes des huis-clos ou des histoires au grand large qu'il nous conte, de cet irrésistible pouvoir qui lui permet de nous catapulter dans l'univers intime de ses anti-héros fragiles, de cette douce musicalité grâce à laquelle il bat la cadence de son phrasé durassien, de cette parfaite maîtrise de l'architecture impeccable des récits iodés qu'il nous livre et de cette incomparable limpidité stylistique qui donne à son écriture un souffle océanique.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email