Jean-Edern Hallier, l"idiot insaisissable

Les Chroniqueurs

Jean-Claude Lamy

Par Christian Authier


C’était Jean-Edern…


Avec Jean-Edern Hallier, L’idiot indispensable, Jean-Claude Lamy signe un livre éblouissant sur un écrivain hors normes.

 

Et si Jean-Claude Lamy avait écrit le meilleur livre «de» Jean-Edern Hallier ? C’est finalement ce que l’on se dit en ayant terminé cette biographie-fleuve de 600 pages qui reflète sans doute mieux la vérité de l’écrivain et polémiste que ses propres livres dont les meilleurs se nomment Le premier qui dort réveille l’autre, L’Évangile du fou et Je Rends Heureux. D’ailleurs, Hallier n’était pas dupe en disant «Mon chef-d’œuvre, c’est ma vie». Son père, le général André Adolphe Hallier, regrettait qu’il ne soit pas passé par la case prison : «Un an à la bastille, il aurait pu écrire un grand roman».


Lire la suite...






























    

    Les enfants perdus de Modiano

    "Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier", un roman de Patrick Modiano

    Dans son dernier roman, Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier, Patrick Modiano revisite ses thèmes de prédilection avec une grâce intacte.


    Il n’est pas à craindre que le prix Nobel de littérature, décerné à Patrick Modiano le 9 octobre dernier, change l’art et la manière de l’écrivain qui prend soin d’effacer des pages «Du même auteur» de ses livres les prix obtenus (Prix Nimier pour son premier roman La Place de l’Étoile paru en 1967, Grand prix du roman de l’Académie française pour Les Boulevards de ceinture en 1972, Goncourt pour Rue des boutiques obscures en 1978) ainsi même que les années de publication de ses ouvrages. Nulle coquetterie ici, mais plutôt le désir d’indiquer que sa trentaine de romans, récits ou recueils de nouvelles ne forme qu’un vaste continuum imperméable aux honneurs et à la chronologie.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email