Jean-Edern Hallier, l"idiot insaisissable

Les Chroniqueurs

Jean-Claude Lamy

Par Christian Authier


C’était Jean-Edern…


Avec Jean-Edern Hallier, L’idiot indispensable, Jean-Claude Lamy signe un livre éblouissant sur un écrivain hors normes.

 

Et si Jean-Claude Lamy avait écrit le meilleur livre «de» Jean-Edern Hallier ? C’est finalement ce que l’on se dit en ayant terminé cette biographie-fleuve de 600 pages qui reflète sans doute mieux la vérité de l’écrivain et polémiste que ses propres livres dont les meilleurs se nomment Le premier qui dort réveille l’autre, L’Évangile du fou et Je Rends Heureux. D’ailleurs, Hallier n’était pas dupe en disant «Mon chef-d’œuvre, c’est ma vie». Son père, le général André Adolphe Hallier, regrettait qu’il ne soit pas passé par la case prison : «Un an à la bastille, il aurait pu écrire un grand roman».


Lire la suite...






























    

    La vie au Palais

    "L’Idiot du Palais", un roman de Bruno Deniel-Laurent

    Bruno Deniel-Laurent publie un premier roman virtuose, L’Idiot du Palais, en forme de fable sur le pouvoir et la servitude.


    Pour son premier roman, Bruno Deniel-Laurent (auteur d’essais et réalisateur de films documentaires) réussit la performance d’inventer un monde, qui plus est en cent-quarante pages concises et effilées. Voici donc le «Palais», engoncé entre des façades haussmanniennes et s’étirant sur plusieurs milliers de mètres carrés, dans lequel une Princesse, venue du richissime émirat d’Oukbahr, séjourne parfois. A son service : des centaines d’employés s’inscrivant dans une organisation ethnique savamment hiérarchisée. Les buanderies du sous-sol sont occupées par des Africaines, les cuisines confiées à des Pakistanais et des Bengalis, caste dominée par les Nubiens chargés de leur recrutement.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email