Jean-Edern Hallier, l"idiot insaisissable

Les Chroniqueurs

Jean-Claude Lamy

Par Christian Authier


C’était Jean-Edern…


Avec Jean-Edern Hallier, L’idiot indispensable, Jean-Claude Lamy signe un livre éblouissant sur un écrivain hors normes.

 

Et si Jean-Claude Lamy avait écrit le meilleur livre «de» Jean-Edern Hallier ? C’est finalement ce que l’on se dit en ayant terminé cette biographie-fleuve de 600 pages qui reflète sans doute mieux la vérité de l’écrivain et polémiste que ses propres livres dont les meilleurs se nomment Le premier qui dort réveille l’autre, L’Évangile du fou et Je Rends Heureux. D’ailleurs, Hallier n’était pas dupe en disant «Mon chef-d’œuvre, c’est ma vie». Son père, le général André Adolphe Hallier, regrettait qu’il ne soit pas passé par la case prison : «Un an à la bastille, il aurait pu écrire un grand roman».


Lire la suite...






























    

    La guerre d’Indochine version roman noir

    "Le Dernier Tigre rouge", un roman de Jérémie Guez

    Le Dernier Tigre rouge entraîne le lecteur sur les pas d’un légionnaire français traquant un mystérieux ennemi.


    Avant de se retrouver en Indochine en 1946, engagé au 2ème Régiment Etranger d’Infanterie, Charles Bareuil participa au débarquement en Normandie sur Sword Beach, mais sa guerre commença dès 1941 en Yougoslavie. Fuyant son pays vaincu, le jeune Français avait cru échapper au fracas des armes sur la terre de son épouse Elena, danseuse serbe rencontrée à Paris au temps de l’insouciance. Mais les nazis et leurs féroces alliés croates – enivrés autant par la création de leur Etat «indépendant» que par la perspective d’exterminer Serbes, Juifs et Tziganes – en décidèrent autrement. Sa belle-famille massacrée, Bareuil s’enrôla dans les rangs des Tchetniks, monarchistes serbes dirigés par Draža Mihailović et premier mouvement de résistance armée au nazisme.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email