Jean-Edern Hallier, l"idiot insaisissable

Les Chroniqueurs

Jean-Claude Lamy

Par Christian Authier


C’était Jean-Edern…


Avec Jean-Edern Hallier, L’idiot indispensable, Jean-Claude Lamy signe un livre éblouissant sur un écrivain hors normes.

 

Et si Jean-Claude Lamy avait écrit le meilleur livre «de» Jean-Edern Hallier ? C’est finalement ce que l’on se dit en ayant terminé cette biographie-fleuve de 600 pages qui reflète sans doute mieux la vérité de l’écrivain et polémiste que ses propres livres dont les meilleurs se nomment Le premier qui dort réveille l’autre, L’Évangile du fou et Je Rends Heureux. D’ailleurs, Hallier n’était pas dupe en disant «Mon chef-d’œuvre, c’est ma vie». Son père, le général André Adolphe Hallier, regrettait qu’il ne soit pas passé par la case prison : «Un an à la bastille, il aurait pu écrire un grand roman».


Lire la suite...






























    

    Renaud Matignon : blâmes et éloges

    "La Liberté de blâmer" Un recueil d’articles de Renaud Matignon

    Un recueil d’articles ressuscite le talent et la liberté de celui qui fut longtemps l’une des grandes plumes de la critique littéraire.


    En ces temps où la critique littéraire s’est rigidifiée dans une sorte de grégarisation des esprits où à peu près tous les médias disent la même chose des mêmes livres, relire Renaud Matignon (1935-1998) distille une certaine nostalgie. Après avoir été l’un des fondateurs de la revue Tel Quel avec son ami Jean-René Huguenin, Philippe Sollers ou Jean-Edern Hallier (ces deux derniers deviendront ses meilleurs ennemis) puis directeur littéraire au Mercure de France, Matignon entra au Figaro en 1973. Là, il écrira sur tout avant de se tourner vers la littérature et de tenir, durant de longues années, le «feuilleton» du Figaro littéraire.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email