Jean-Edern Hallier, l"idiot insaisissable

Les Chroniqueurs

Jean-Claude Lamy

Par Christian Authier


C’était Jean-Edern…


Avec Jean-Edern Hallier, L’idiot indispensable, Jean-Claude Lamy signe un livre éblouissant sur un écrivain hors normes.

 

Et si Jean-Claude Lamy avait écrit le meilleur livre «de» Jean-Edern Hallier ? C’est finalement ce que l’on se dit en ayant terminé cette biographie-fleuve de 600 pages qui reflète sans doute mieux la vérité de l’écrivain et polémiste que ses propres livres dont les meilleurs se nomment Le premier qui dort réveille l’autre, L’Évangile du fou et Je Rends Heureux. D’ailleurs, Hallier n’était pas dupe en disant «Mon chef-d’œuvre, c’est ma vie». Son père, le général André Adolphe Hallier, regrettait qu’il ne soit pas passé par la case prison : «Un an à la bastille, il aurait pu écrire un grand roman».


Lire la suite...






























    

    Dino Risi se raconte

    Les mémoires du réalisateur du Fanfaron et de Parfum de femme.

    Son nom reste indissociable de la comédie italienne dont il réalisé quelques-uns des films emblématiques (La Marche sur Rome, Le Fanfaron, Les Monstres, Parfum de femme…), mais Dino Risi (1916-2008) n’a pas signé avec ses mémoires, publiées en 2004 en Italie, un banal livre de souvenirs cinématographiques. Si le septième art est évidemment présent, le cinéaste a l’humilité de ne pas s’attarder sur ses propres films (ce qui frustrera peut-être certains fans), il préfère se raconter et surtout raconter les autres.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email