Jean-Edern Hallier, l"idiot insaisissable

Les Chroniqueurs

Jean-Claude Lamy

Par Christian Authier


C’était Jean-Edern…


Avec Jean-Edern Hallier, L’idiot indispensable, Jean-Claude Lamy signe un livre éblouissant sur un écrivain hors normes.

 

Et si Jean-Claude Lamy avait écrit le meilleur livre «de» Jean-Edern Hallier ? C’est finalement ce que l’on se dit en ayant terminé cette biographie-fleuve de 600 pages qui reflète sans doute mieux la vérité de l’écrivain et polémiste que ses propres livres dont les meilleurs se nomment Le premier qui dort réveille l’autre, L’Évangile du fou et Je Rends Heureux. D’ailleurs, Hallier n’était pas dupe en disant «Mon chef-d’œuvre, c’est ma vie». Son père, le général André Adolphe Hallier, regrettait qu’il ne soit pas passé par la case prison : «Un an à la bastille, il aurait pu écrire un grand roman».


Lire la suite...






























    

    La vie est un sport de combat

    "Comme un karatéka belge qui fait du cinéma", un roman de Jean-Claude Lalumière

    Un roman où se feraient sentir les influences de Jean-Claude Van Damme, Philippe Muray, Jean Clair, Antoine Blondin et Pierre Bourdieu ? C’est l’étonnant cocktail réalisé de main de maître par Jean-Claude Lalumière.


    Le titre du troisième roman de Jean-Claude Lalumière reflète assez mal la variété de tons que l’auteur du Front russe et de La Campagne de France déploie. Comme un karatéka belge qui fait du cinéma trouve son origine dans la scène, d’une trentaine de pages, au cours de laquelle le narrateur rencontre, un soir, Jean-Claude Van Damme au bar du Lutetia. Scène cocasse et drôle où le comédien belge s’exprime dans ce franglais qui lui a donné, voici quelques années, une nouvelle et paradoxale popularité.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email