Rencontre avec Charles Robinson animée par Sarah Authesserre

Les Chroniqueurs

vendredi 9 décembre de 17h à 18h - Libraire Ombres Blanches / Galerie Confort des Etranges

Fabrication de la guerre civile se propose de plonger le lecteur une année durant au cœur d'une Cité de banlieue : la Cité des Pigeonniers. Cité fictive, dans une ville fictive elle aussi. La Cité va être rasée dans le cadre d'un projet de rénovation urbaine. Le quartier délaissé va être puissamment activé.

 

Ce qui l'intéresse, ici, c'est de saisir la vie nue sous toutes ses formes : de la vie quotidienne jusqu'aux rêves, en passant par le boulot, le pas de boulot, les amitiés, les trahisons, les rivalités, le sexe, les morts. Toutes ces strates, tous ces flux, cette accumulation dont la charge conduit à la déflagration.


Lire la suite...






























    

    Riquet à la houppe

    Amélie Nothomb

    Par Aude Boisselet


    Quand Perrault rencontre Nothomb


    Quand l’illustre Charles Perrault voit l’un de ses contes pour enfants remis au goût du jour par la non moins célèbre Amélie Nothomb, cela donne Riquet à la houppe, un roman aussi drôle que fantaisiste.

     

    Il était une fois Déodat, fils d’Enide et d’Honorat, et son antithèse, la jeune Trémière, fille de Rose et de Lierre… Alors que le premier se distingue dès l’enfance par sa profonde laideur et son esprit des plus brillants, la seconde ne fera, par son incroyable beauté et sa grande bêtise, qu’alimenter haine et moqueries sitôt sa première immersion dans le monde. Tout semble ainsi les opposer, si ce n’est le subtil mélange d’attraction et d’aversion qu’ils suscitent chez tout un chacun. 


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email

    Deux ou trois leçons de snobisme

    Eric Neuhoff

    Par Christian Authier


    Les leçons buissonnières d’Eric Neuhoff


    Dans le recueil de chroniques Deux ou trois leçons de snobisme, l’écrivain exalte entre nostalgie, drôlerie et insolence un certain art de vivre.


    Perdue entre un énième dossier sur l’islam, des sélections de montres ou de voitures, des reportages sur des contrées touristiques exotiques ou des pages sur les meilleurs placements financiers, la chronique hebdomadaire d’Eric Neuhoff dans Le Figaro Magazine mériterait une meilleure exposition. C’est chose faite avec Deux ou trois leçons de snobisme qui en rassemble 101.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email

    Born to run

    Bruce Springsteen

    Par Christian Authier


    Springsteen, une idée de l’Amérique


    Quand Bruce Springsteen raconte sa vie, c’est aussi une certaine vision de l’Amérique et de la culture populaire qui défile.


    A l’instar de Clint Eastwood, son aîné de vingt ans, Bruce Springsteen est Américain jusqu’au bout des ongles, mais son œuvre a touché le public du monde entier par son universalité. C’est précisément parce qu’elles sont enracinées dans des réalités concrètes, une géographie physique et artistique (le New Jersey, le blues, le folk, les gens ordinaires de son pays… ), que ses chansons peuvent dépasser leurs frontières. L’Amérique de Springsteen, cela pourrait être par exemple l’axe John Ford / Cormac McCarthy. Avec le premier, il partage le sens de l’épique, l’attention portée aux plus humbles, l’attachement à un territoire, un idéalisme jamais dupe du réel, l’exaltation de vertus simples mais rares. On retrouve encore l’empreinte du cinéaste dans l’album The Ghost of Tom Joad, libre évocation du héros du roman de Steinbeck, Les Raisins de la colère, adapté par Ford. Avec le second, il partage une lucidité teintée de pessimisme sur la nature humaine, la foi catholique, la conviction que le Bien et le Mal se mènent une guerre sans merci.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email

    Sphinx

    Christian Jacq

    Par Robert Pénavayre


    Un constat ambigu et… consternant


    L’auteur des plus merveilleux romans sur l’Egypte ancienne est aussi un excellent écrivain en matière de thriller, ses fameuses Enquêtes de l’inspecteur Higgins en sont la preuve. Dans son dernier opus, sous rubrique, Christian Jacq se lance dans un nouveau style conjuguant l’écriture qui a fait son succès, faite d’élégance, d’interrogations et de rebondissements, avec une prose un rien plus terre à terre flirtant ostensiblement avec le vocabulaire d’un certain Bérurier cher à San Antonio.

     

    Il est vrai que dans ce dernier livre, il nous fait découvrir un personnage haut, très haut, en couleurs, Bruce, un journaliste d’investigation qui n’a vraiment pas froid aux yeux. Il est l’employé, mais surtout l’ami indéfectible de Mark Vaudois, héritier d’un empire industriel dont le patron, le père de Mark, vient d’être assassiné. 


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email

    Festival BD Colomiers

    vendredi 18, samedi 19 et dimanche 20 novembre - Colomiers

    Par Marjorie Lafon


    Le Festival BD Colomiers débute le vendredi 18 novembre prochain. Entre 150 et 200 auteurs de bande-dessinée et plus de 50 éditeurs se donnent rendez-vous pour cette occasion. Un riche programme, fort de très diverses propositions, pour cette manifestation qui a réuni près de 14000 personnes lors de sa précédente édition. Etienne Chaize, auteur de l’affiche 2016, tirée de son album « Helios » a répondu à quelques unes de nos questions.

     

    Le « Salon de la bande dessinée » de Colomiers voit le jour en 1987. Il fêtera ce mois-ci ses 30 années d’existence. Il est désormais un véritable festival célébrant le neuvième art. La manifestation continue aujourd’hui d’affirmer de claires intentions : le soutien à la jeune création, la découverte de jeunes auteurs émergents et la mise en avant d’éditeurs indépendants, dans l’idée de « proposer autre chose » finalement.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email

    Théorie d"Alger

    Sébastien Lapaque

    Par Christian Authier


    Alger, ville ouverte


    L’écrivain et journaliste Sébastien Lapaque entraîne le lecteur à la découverte d’Alger d’hier et d’aujourd’hui à travers un récit aussi singulier qu’incarné.


    Dans la lignée de Théorie de la carte postale et de Théorie de Rio de Janeiro, Sébastien Lapaque vient de publier Théorie d’Alger. Un petit livre, mais riche de couleurs, de parfums, de paysages, de musiques. Serré et puissant comme un café laissant longtemps ses arômes en bouche. Il y a deux sortes de livres invitant le lecteur à découvrir les horizons lointains : ceux que l’on referme en se disant que l’on sait désormais tout ou presque du lieu et que sa découverte réelle nous décevrait ; ceux qui nous incitent à boucler une valise et à s’y rendre dès que possible. Le livre de Lapaque réussit la performance de nous faire partager ces envies contradictoires.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email

    La succession

    Jean-Paul Dubois

    Par Cécile Brochard


    Il dit qu’il est devenu écrivain pour avoir du temps libre. Et le temps justement irrigue son dernier roman, tranche de vie plus sombre que jamais mais où tintent, comme des glaçons dans un long drink, les deux ingrédients que l’on aime tant dans tous ses livres : une désespérante inaptitude au bonheur et l’exacte dose d’humour qu’il faut a priori pour y survivre. Rencontre avec Jean-Paul Dubois à propos de La Succession.

     

    Le décor : Euskadi ou Miami

     

    Jean-Paul Dubois : Depuis le début, beaucoup de mes livres même si ce n’est pas toujours dit se déroulent au Pays basque. Quant à Miami, j’y ai débarqué quand j’avais 22 ans, en 1972. Ce n’est pas vraiment les Etats-Unis et ce n’est pas si éloigné du Pays basque.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email