Théâtre Sorano

Revue Rouge

mercredi 14, jeudi 15 et vendredi 16 décembre à 20h00 - Théâtre Sorano

Puisque le feu et la mitraille

Puisque les fusils et les canons

Font dans le monde

Des entailles

Couvrant de morts les plaines et les vallons

Puisque les hommes sont des sauvages

Qui renient le dieu Fraternité

Femmes debout

Femmes à l’ouvrage

Il faut sauver l’humanité !

 

La musique est de David Lescot, les paroles sont de Montéhus, enfant de la Commune, révolutionnaire cocardier et chansonnier engagé du début du XXe siècle. Sur scène, la gouaille cristalline de Norah Krief porte haut les mots cinglants et féministes de La Grève des mères qui fut interdite en 1905 par décision de justice et Montéhus condamné pour incitation à l’avortement…


Lire la suite...
Partager
Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email

Présentation

theatresoranologo

Chers spectateurs, voulez-vous ?

Une question en forme de jeu. Une invitation lancée vers vous avec émotion et espoir. Tout un programme... à découvrir dans ce cahier.

Une nouvelle séquence s’ouvre au Théâtre Sorano. « Ma » première saison, souhaitant surtout que vous la fassiez vôtre. Car cette saison est pour vous. Tous. 

Le Théâtre Sorano est avant tout une « maison », un lieu de création habité amoureusement par une équipe et des artistes qui ont à cœur de faire vivre les œuvres au-delà d’elles-mêmes et de les partager le plus largement possible. Retrouver dans ce lieu l’énergie d’un théâtre populaire d’aujourd’hui, voilà ma volonté.

Notre programme est une fête théâtrale. Il s’est écrit à partir d’intuitions, d’envies et de rencontres. Il est la construction articulée, libre et joyeuse de propositions de théâtre qui nous parlent, nous touchent, nous interpellent. Bref, du théâtre dans la variété passionnante de ses formes et de ses représentations. Des poètes, et des histoires qui croisent les vôtres et à travers lesquelles nous nous regardons.

Notre ambition va plus loin que bâtir un simple et efficace enchaînement de spectacles, aussi « bons » soient-ils. Car telle que nous l’avons rêvée, cette saison révèle nos choix, nos convictions, nos engagements, nos contradictions aussi, heureusement. De spectacle en spectacle nous apprendrons à nous connaître, à nous dévoiler et à dialoguer. Nous construirons avec vous la relation.

Je mesure le privilège d’être aujourd’hui à la tête de ce théâtre historique de Toulouse et de succéder à des noms glorieux. Diriger ce théâtre est une chance magnifique pour le metteur en scène que je suis, de même qu’un enjeu redoutable. Nous avons à inventer au présent son avenir, lui donner une identité forte fondée sur la jeunesse et la création, accroître plus encore son rayonnement auprès des publics et l’ouvrir aux événements du monde.

Naturellement l’alchimie ne se fera pas sans vous, sans votre complicité, votre confiance, votre curiosité palpitante, sans votre désir... La saison est ouverte. Alors, voulez-vous ?

Sébastien Bournac

Plan d'accès :

icon

JavaScript must be enabled in order for you to use Google Maps.
However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser.
To view Google Maps, enable JavaScript by changing your browser options, and then try again.

Saison 2016


jespere

J'espère qu'on se souviendra de moi (Théâtre)

du jeudi 6 au vendredi 14 octobre

 

Pour sa première création au Sorano, Sébastien Bournac s’inspire d’un fait divers. Sept personnages se présentent à nous. Ils sont les parents, les proches, l’entourage d’un nommé Carlos, un homme jeune, un travailleur manuel qui un jour commet l’irréparable.

Ils prennent la parole. Moins pour expliquer le geste meurtrier que pour dire comment ça les remue, les blesse, les bouscule, les change. Ils questionnent notre époque, le moment présent. Que deviennent nos espérances, nos désirs, nos peines, nos joies dans un temps trop sec, trop vide ? Ils bouillonnent et dans le flux de leurs bouillonnements émergent des questions qui tracent pour chacun les contours d’une existence singulière. En savoir plus


babx

Babx  (Musique - Concert littéraire)

mardi 18 octobre

 

Chanteur virtuose, compositeur fantasque mais toujours précis, Babx est sans doute un des auteurs les plus doués de sa génération. Cette fois-ci ce ne sont pas ses mots qu’il chante, mais ceux des poètes « punk » qui l’ont influencé : Baudelaire, Rimbaud, Kerouac, Genet, Miron, Tom Waits…

Il ne se contente pas de mettre leurs poèmes en musique. Ici les musiques ont été cousues comme des robes autour des mots. Plutôt que d’adapter à la lettre les vers de ces prophètes enragés, de ces âmes suppliciées tout sourire, Babx en ressuscite la sorcellerie magnétique, triture le nerf toujours à vif de ces mots terribles taillés au poignard sur un ciel d’enfer. En savoir plus


timon

Timon / Titus (Théâtre - Supernova)

mercredi 2 et jeudi 3 novembre

 

En analogie avec les histoires de Titus Andronicus et Timon d’Athènes, le collectif OS’O invente une saga familiale contemporaine pour traiter un thème éminemment brûlant : la dette. On assiste à l’implosion d’une famille à l’heure de l’héritage. Faut-il payer ses dettes ? Et comment s’en acquitter ? À qui profite la dette ? De quelle façon et pourquoi une dette génère-t-elle de la violence ? Les débats politiques viennent parfois étoffer la fable familiale.

Qu’elle soit morale, financière, publique, la dette fait couler encre, sang, et larmes… Sur un rythme effréné, le collectif OS’O signe avec Timon/Titus une création saignante, drôle et engagée. En savoir plus


paulien

Pauline à la plage (Théâtre - Supernova)

vendredi 4 et samedi 5 novembre 

  C’est l’histoire de Pauline, jeune fille de 15 ans, à la fin de l’été, sur une plage près de Granville. C’est l’histoire de sa cousine Marion, de Pierre, d’Henri, Sylvain, et Louisette. Ils sont jeunes, et ils veulent aimer, coûte que coûte.

Entre vaudeville et métaphysique, le collectif Colette s’empare du scénario d’Éric Rohmer avec une fantaisie nouvelle et une fausse naïveté éclairée. Ces jeunes comédiens formés à la Comédie- Française savent saisir avec les moyens du théâtre la beauté et la profondeur du discours amoureux de Rohmer et s’en amuser avec la distance qui les sépare des années 70. Et dans cette évocation d’un chassé-croisé amoureux sur une plage de 1983, rien ne manque à la tendre et joyeuse cruauté des jeux de l’amour. En savoir plus


adn

ADN (acide désoxyribo- nucléique) (Théâtre - Supernova)

mardi 8 et mercredi 9 novembre

 

Tenter de se construire dans un monde inquiétant, essayer de vivre normalement après avoir commis l’irréparable. Ça commence par un fait divers. Un groupe d’adolescents prend un camarade de classe comme bouc émissaire, et finit un jour par déraper.

ADN retrace l’histoire de ces jeunes gens partis en forêt pour torturer l’un des leurs jusqu’à le laisser pour mort, et leur vie après ce drame. La pièce d’une tension inouïe aborde pêle-mêle les questions du remords et de la culpabilité jusqu’à la panique ou la folie. Pose l’hypothèse du non-retour… Yohan Bret met en scène de façon vibrante ces âmes perdues qui vacillent entre fièvre destructrice et énergie collective, et une jeunesse qui tente aujourd’hui de se construire un futur. En savoir plus


territoire

Des territoires (Théâtre - Supernova)

lundi 14 et mardi 15 novembre

 

Quatre frères et sœurs se réunissent, a la mort des parents, dans le pavillon familial d’une résidence HLM ou ils ont passé toute leur enfance. Entre les préparatifs de l’enterrement et l’organisation de la revente de la maison, les souvenirs rejaillissent.

On suit les péripéties de cette drôle de fratrie, bancale et attachante, bientôt confrontée à un événement qui bouleverse la donne : la découverte dans leur jardin des ossements du Marquis de Condorcet. L’héritage n’est plus le même. Un état sensible des corps et des cœurs de jeunes adultes se posant la question de partir ou de rester dans ces « territoires ».  En savoir plus


america

Angels in America (Théâtre - Supernova)

vendredi 18 et samedi 19 novembre

 

Angels in America raconte des destins croisés. Chacun à leur manière, les personnages sont des individus qui doivent sauver leur peau, « faibles proies livrées aux forces du chaos », comme dira l’Ange visiteur.

Elle ne raconte pas les années 80, elle les transfigure en un mythe, une saga qui mêle de nombreux registres, du comique au tragique, du burlesque à l’intime. Pour poursuivre notre travail de recherche sur la porosité des arts et sur la transposition d’autres disciplines au théâtre, nous avons cette fois choisi de transposer des codes de la série télévisée au théâtre. Qu’est-ce que la notion de suspense ? Qu’est ce qui va suivre des personnages au cours d’un moment de vie et de les laisser partir ? En savoir plus


chaises

Les Chaises (Théâtre)

mardi 6, mercredi 7 et jeudi 8 décembre

 

À l’origine de ce projet, il y a ma rencontre avec Thierry Bosc et sa femme, la comédienne Emmanuelle Grangé. C’est en les ayant côtoyés sur scène et dans la vie que m’est venue l’idée de relire Les chaises.

Dans la pièce d’Eugène Ionesco, un vieux couple accueille des invités imaginaires pour leur faire une grande annonce. Qui sont-ils ? Des figures abstraites et absurdes ? De vrais personnages vieillissants et perdant la mémoire ? Un vrai couple qui s’amuse à jouer ? Le couple formé par Thierry et Emmanuelle me semblait pouvoir incarner tout cela à la fois, mêler le réel au poétique, le vrai à l’imaginaire, le vécu au jeu. Les réunir sur scène en profitant de leur histoire et de notre complicité me semble être une belle façon d’aborder l’univers et la langue de Ionesco. De cette façon, nous pourrons interroger l’histoire que nous raconte Les Chaises. En savoir plus


revue rouge

Revue Rouge (Concert)

mercredi 14, jeudi 15 et vendredi 16 décembre

La musique est de David Lescot, les paroles sont de Montéhus, enfant de la Commune, révolutionnaire cocardier et chansonnier engagé du début du XXe siècle. Sur scène, la gouaille cristalline de Norah Krief porte haut les mots cinglants et féministes de La Grève des mères qui fut interdite en 1905 par décision de justice et Montéhus condamné pour incitation à l’avortement… En savoir plus

             

Saison 2017

François Passerini2

 

Dialogue d'un chien avec son maître (Théâtre)

jeudi 5, vendredi 6 et samedi 7 janvier

 

Avec un titre pareil, il fallait s’attendre à une pièce incisive. Dialogue d’un chien avec son maître sur la nécessité de mordre ses amis, de Jean-Marie Piemme, ne nous laisse pas sur notre faim. Elle a de quoi se faire les dents. Dialogues truffés d’insolence, mais aussi de frustration, colère, roublardise, renoncement, rage, insoutenable poids des choses qui peut aussi se transformer en légèreté : c’est assaisonné, servi brûlant et il y a en a pour tous les goûts. Nicole Clodi, La Dépêche du Midi, 6 novembre 2015  En savoir plus


femme

Les Molière de Vitez – L’École des femmes (Théâtre)

Mardis 10 et 17 janvier, samedis 14 et 21 janvier

 

À la fin des années 70, Antoine Vitez montait simultanément quatre pièces de Molière avec un même groupe de jeunes comédiens. Quatre décennies plus tard, l’expérience se répète sous l’impulsion furieuse et radicale de Gwenaël Morin, metteur en scène et directeur du Théâtre du Point du Jour (Lyon), adepte du théâtre permanent.

Molière comme une formidable machine à jouer, Molière pour sa puissance fondamentale à produire du théâtre. Molière comme «espace public symbolique» et non pour ce que raconteraient prétendument ses textes du monde contemporain. En savoir plus


tatru

Les Molière de Vitez – Tartuffe ou l’Imposteur (Théâtre)

mercredis 11 et 18 janvier, samedis 14 et 21 janvier

 

À la fin des années 70, Antoine Vitez montait simultanément quatre pièces de Molière avec un même groupe de jeunes comédiens. Quatre décennies plus tard, l’expérience se répète sous l’impulsion furieuse et radicale de Gwenaël Morin, metteur en scène et directeur du Théâtre du Point du Jour (Lyon), adepte du théâtre permanent.

Molière comme une formidable machine à jouer, Molière pour sa puissance fondamentale à produire du théâtre. Molière comme «espace public symbolique» et non pour ce que raconteraient prétendument ses textes du monde contemporain. En savoir plus


dom

Les Molière de Vitez – Dom Juan ou le Festin de pierre (Théâtre)

Jeudis 12 et 19 janvier, samedis 14 et 21 janvier 

À la fin des années 70, Antoine Vitez montait simultanément quatre pièces de Molière avec un même groupe de jeunes comédiens. Quatre décennies plus tard, l’expérience se répète sous l’impulsion furieuse et radicale de Gwenaël Morin, metteur en scène et directeur du Théâtre du Point du Jour (Lyon), adepte du théâtre permanent.

Molière comme une formidable machine à jouer, Molière pour sa puissance fondamentale à produire du théâtre. Molière comme «espace public symbolique» et non pour ce que raconteraient prétendument ses textes du monde contemporain. En savoir plus


misant

Les Molière de Vitez – Le Misanthrope ou l’Atrabilaire Amoureux (Théâtre)

vendredi 13, samedi 14, vendredi 20 et samedi 21 janvier

 

À la fin des années 70, Antoine Vitez montait simultanément quatre pièces de Molière avec un même groupe de jeunes comédiens. Quatre décennies plus tard, l’expérience se répète sous l’impulsion furieuse et radicale de Gwenaël Morin, metteur en scène et directeur du Théâtre du Point du Jour (Lyon), adepte du théâtre permanent.

Molière comme une formidable machine à jouer, Molière pour sa puissance fondamentale à produire du théâtre. Molière comme «espace public symbolique» et non pour ce que raconteraient prétendument ses textes du monde contemporain. En savoir plus


africaman

Africaman Original (Danse)

mardi 31 janvier

 

Performer à l’« incroyable présence », Qudus Onikeku défie la gravité. Ludique, spirituelle et poétique, sa pratique marie performance et danse, acrobatie et méditation. Il nous propose avec Africaman Original un voyage dans le monde des danses noires d’Afrique, mais aussi du Brésil et des Etats-Unis. Utilisant des images d’archive retravaillées par le vidéaste Isaac Lartey, cet artiste a la vitalité débordante propose un spectacle inclassable, au carrefour de la danse, de la performance, du stand-up, du chant… Et du cours de danse !

Dans une adresse directe aux spectateurs, le chorégraphe invite le public sur le plateau pour un cours de danse sur fond de musique du roi de l’Afrobeat, Fela Kuti. Une manière sincère et engageante d’ouvrir et de partager son univers. En savoir plus


bouches

Les Grandes bouches (Concert - Théâtre)

jeudi 2 et vendredi 3 février

 

Elles sont 7 : la Grande Bouche du Politique, du Publicitaire, de l’Artiste, du Sportif, du Mass-Média, du Militaire, du Spéculateur. Ces grandes bouches sont les figures béantes des pouvoirs qui parlent pour nous. Elles ont le verbe large, le discours profus et tonitruant. Elles prennent la parole au-dessus des humanités muettes, consentantes, parfois stupéfaites. Sur scène, Les Grandes bouches : un spectacle musical pour un comédien, un guitariste et un batteur.

Luc Sabot et ses acolytes les font frémir, bouillir, swinguer et même chanter. Ils libèrent l’humour corrosif de leur écriture, tentent parfois (mais c’est dur !) de leur donner un peu de douceur et d’humanité, hurlent sans retenue et font claquer la précision de leur langue, avec rage et jubilation. Le théâtre est peut-être le seul cri de nos résistances. En savoir plus


illiade

Illiade (Théâtre)

mercredi 22, jeudi 23 vendredi 24 et samedi 25 février

 

Comment adapter L’Iliade aujourd’hui, cette épopée de 15 337 vers racontant une guerre de plus de 10 ans ? Pauline Bayle condense avec intelligence et ingéniosité scénique la poésie d’Homère et dirige cinq acteurs très investis. Pour représenter l’affrontement entre Grecs et Troyens ainsi que les histoires d’Achille, Hélène, Andromaque, Hector et Agamemnon, ces jeunes artistes font le choix de l’épure avec un dispositif scénographique réduit à l’essentiel (cinq chaises, du papier kraft et quelques accessoires).

Ils font entendre ce chant de fureur et de tendresse avec une énergie superbe et nous rappellent, alors que l’Europe traverse une crise politique et économique majeure, que l’humanité ne s’est pas forgée dans des héros invincibles mais dans des hommes prêts a tout pour échapper à la souffrance. En savoir plus

 

jumsquatre

Les Quatres jumelles (Théâtre)

mardi 7 mercredi 8 jeudi 9 et vendredi 10 mars 

 

Voilà une farce contemporaine aussi déjantée que fascinante. Deux paires de jumelles, les sœurs Smith, braqueuses internationales et junkies, et les sœurs Goldwashing, chercheuses d’or, se retrouvent dans un Alaska imaginaire sur fond d’argent caché et de planque en Suisse. Dans un enchaînement halluciné de situations dignes d’un polar ou des séries B, elles n’en finissent pas de brouiller les repères en jouant à se tuer et à renaître.

Le jeu avec la mort n’est là que pour nous faire sentir bien vivants et pour dire une rage de vivre et de résister. Loin d’un folklore grandguignolesque et caricatural, Isabelle Luccioni s’empare de la fable de Copi pour lui rendre sa fragilité, son étrangeté. Y retrouver les rituels de l’enfance, cruels, insouciants et libres. Un éclat de rire salutaire dans notre époque sinistre dominée par la peur. En savoir plus


AntonioCleo

Antoine et Cléopâtre (Danse)

mardi 14, mercredi 15 jeudi 16 et vendredi 17 mars

 

Antoine… Cléopâtre. Et vice versa. Inséparables dans notre mémoire, leurs deux noms nous racontent une histoire d’amour historique et fascinante, qui inspira notamment Plutarque, Shakespeare et Mankiewicz. Tiago Rodrigues s’en empare très librement et propose une pièce de théâtre pour un duo de danseurs chorégraphes, Sofia Dias et Vítor Roriz.

Incroyables de justesse et de grâce, les acteurs créent sur scène un ballet intime et fusionnel a deux voix. Leur gestuelle accompagne leurs mots en un jeu de miroirs et d’échos fascinants. La précision des corps, la répétition des mots, la beauté minimaliste de la danse créent une atmosphère magnétique. Le duo prend vie, la poésie surgit, comme un chant qui s’élève : mêlés l’un a l’autre dans le récit, ils s’unissent et deviennent ensemble Antoine et Cléopâtre. En savoir plus


tigers

The Tiger Lillies Concert (Concert)

samedi 25 mars

 

The Tiger Lillies font l’objet d’un véritable culte à Londres depuis leur création en 1989. Leur univers inclassable oscille entre cabaret brechtien a l’humour très noir et fusion punk, entre le burlesque des années 1930 et le music-hall anglais…

Leur genre déjanté s’inspire de la chanson française d’après-guerre, de la musique gitane ou de l’opéra italien. La voix de haute-contre de Martyn Jacques s’aventure aussi bien dans les graves que dans les aigus, avec un timbre guttural lui permettant de créer une multiplicité de personnages. Ce trio évolue dans un monde singulier ou le macabre rigolard jongle avec le sordide. Leurs chansons content des récits de bas-fonds ou se croisent prostituées, loosers magnifiques et monstres les plus étranges… En savoir plus 


pierre

Comme une pierre qui... (Théâtre - Danse)

mercredi 29 jeudi 30 et vendredi 31 mars

 

La Comédie-Française se met à l’heure du rock ! Marie Rémond et Sébastien Pouderoux ont eu l’ingénieuse idée en découvrant le livre de Greil Marcus de faire un spectacle sur la genèse de la chanson mythique Like a Rolling Stone. Pouvoir parler d’une démarche de création à travers un exemple très précis et restreint : une chanson, un moment, une date, des musiciens.

Alors, nous sommes en 1965, au Studio A de Columbia Records. L’enregistrement commence. Entouré de ses musiciens et de ses techniciens, Dylan est prêt. Au bout de la sixième minute, le destin du rock s’en trouve définitivement changé. Un pur moment de grâce avec une bande de jeunes Comédiens-Français très à leur affaire en termes de jeu aussi bien théâtral que musical.  En savoir plus


macbeth

Macbeth - The Notes (Théâtre)

mercredi 19 jeudi 20 vendredi 21 et samedi 22 avril

 

Un metteur en scène apparaît sur scène après la répétition générale de Macbeth. Pendant que les techniciens finissent de nettoyer le plateau, il prend une chaise et s’assied, sort un carnet de sa poche et commence à donner les notes qu’il a prises. Il s’adresse au public, comme s’il s’agissait de ses acteurs. Probablement que la représentation ne s’est pas bien passée. Il est tendu, pressé et a beaucoup de commentaires à faire…

D’abord plutôt calme, il commence par s’échauffer et de fil en aiguille se retrouve à interpréter tous les rôles de « la pièce écossaise ». Macbeth (The Notes) n’est pas seulement un regard ludique et amusé sur les rouages du théâtre et la mise en scène. Avec David Ayala, c’est aussi une relecture délirante d’un texte classique. En savoir plus


virginia

Qui a peur de Virginia Woolf ? (Théâtre)

jeudi 27, vendredi 28 et samedi 29 avril

 

Martha, fille du doyen de l’Université, et son mari George, professeur d’histoire, invitent à l’issue d’une réception un jeune professeur de biologie et sa femme à boire un dernier verre. Devant leurs invités pris à témoin, sans pudeur ni pitié la crise éclate et durera jusqu’à l’aube. Tous deux noyant dans l’alcool une vie d’échecs et de frustrations, leur impuissance à être, leur incapacité à s’aimer autrement qu’en s’entre-déchirant dans une joute oratoire qui se s’arrêtera qu’une fois les dernières illusions détruites. C’est violent, cruel et communicatif…

Dans l’espace minimal d’un salon abstrait, Alain Françon fait redécouvrir la force expressive du langage d’Albee et met en scène au cordeau ce huis clos glaçant, chargeant deux de ses acteurs fétiches, Dominique Valadié et Wladimir Yordanoff d’aller bien au-delà… En savoir plus

 

 

Presse

A propos de Sébastien Bournac, nouveau directeur du Théâtre Sorano (Culture 31 - Greg Lamazères)

La mélancolie des directeurs (Culture 31 - Sarah Authesserre)

Mélodie anglaise (Culture 31 - Eric Duprix)

Retour en ville (Culture 31 - Jérôme Gac)

Desiderata des ratés (Culture 31 - Sarah Authesserre)

A propos de Sébastien Bournac, nouveau directeur du Théâtre Sorano (Culture 31 - Greg Lamazères)

La loi du désir (Culture 31 - Sarah Authesserre)

Scène diachronique  (Culture 31 - Jérôme Gac)

Un théâtre nommé désir (Culture 31 - Gil Pressnitzer)

Les cartes blanches, de Nicole Garcia à Fanny Ardant (Culture 31 - Carine Trenteun)

Retour vers le(s) futur(s) (Culture 31 - Eric Lemuel)

Sébastien Bournac directeur du Sorano (La Dépêche - Nicole Clodi)

Il faut que le théâtre soit une fête (Intramuros - Jérôme Gac)

Par la grâce des songes d’Aurelia (La Maison Jaune - Pierre David)

Le passé retrouvé  (Ma Théière à mémoire - John Lavoignat )

Dix personnages en quête d’espoir  (Intramuros - Sarah Authesserre)