Les Oiseaux

Les Chroniqueurs

du mardi 18 avril au samedi 13 mai - TNT

Dans le ciel grec, à mi-chemin entre la terre et l’Olympe des dieux, Aristophane a rêvé Coucouville-sur-nuages. Cité dans l’immensité, au milieu des nuées, c’est le paradis d’un poète où la petite huppe et son épouse, le rossignol au blond jabot, deviennent les messagers de deux humains guidés par une corneille et un geai…

 

Les deux hommes ont quitté Athènes, dégoûtés par la chicane, les lois arbitraires, la vie qu’on mène là-bas. Leur cité idéale sera dans les airs, close d’une muraille, que des oiseaux bâtisseurs érigeront. Mais il leur faut convaincre tout un chœur de piafs agressifs, versatiles et rancuniers.


Lire la suite...
    

    François Van Den Berghe

    du 11 mars au 13 mai 2017 - Sakah Galerie

    On peint comme on sculpte. Pour étonner, pour dire parfois ou trop souvent pour décorer… D’autres artistes empruntent des chemins de traverse et s’éloignent des voies évidentes. Pour François VANDENBERGHE, les chemins sont en fait des pistes ensablées, celles-là même où pendant 27 ans le sculpteur a croisé la route des éléphants.

     

    La rencontre, énorme bien sûr, a été un choc émotionnel intense. Et chacune de ses sculptures se doit de livrer cette force intacte, dans toute sa pureté. De New York à Singapour, l’homme voyage et expose ses éléphants de bronze au réalisme saisissant.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email

    Exposition Rémi Planche

    du 11 mars au 13 mai 2017 - Sakah Galerie

    Rémi Planche, né en 1993, réside dans le Perche. Après un cursus universitaire en Histoire – où son besoin viscéral de peindre s’exprimait la nuit – Rémi a choisi de devenir professionnel afin de donner libre cours à sa passion.Ses influences sont multiples, mais son domaine de prédilection reste la représentation du corps humain, des visages, des mains.

     

    Les corps sont habillés ou nus, en position d’attente, de défense, de repli, … visage absent pour qu’émerge l’idée de chaque être humain au delà de la pose.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email

    The Way She Dies - Sa façon de mourir

    du mardi 28 mars au samedi 1er avril - Théâtre Garonne

    Quand Tiago Rodrigues rencontre Tg STAN en 1997, il fait l’expérience d’un théâtre où des comédiens se permettent de continuer à penser et à inventer sur scène.

     

    Le collectif crée dans l’instant et développe un rapport complice et immédiat aux spectateurs dans un jeu qui prend autant de libertés avec le texte qu’il le respecte. Pour l’étudiant, c’est la confirmation du choix de son medium et le début d’un cheminement qui fait aujourd’hui de lui l’un des metteurs en scène européens les plus reconnus.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email

    Volta, Gabrielle Duplantier

    jusqu'au 04 mai 2017 - Espace Saint-Cyprien

    Le travail personnel de Gabrielle Duplantier, essentiellement en noir et blanc, est inspiré par les territoires familiers et les personnes proches.

     

    Mouvements suspendus, paysages tremblés, instants crépusculaires, lieux peuplés de femmes et fillettes brunes, elle poursuit l’affirmation, inquiète en même temps qu’obstinée, de son point de vue de sujet, moins attaché à figer la réalité qu’à lui réclamer un droit de regard.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email

    Entretien avec Tiago Rodrigues

    Théâtre Sorano / Théâtre Garonne

    Par Sarah Authesserre


    Le bonheur et rien d’autre


    Entretien avec Tiago Rodrigues qui met en scène “Antoine et Cléopâtre” au Théâtre Sorano et ”The way she dies” au Théâtre Garonne.


    Après Emma Bovary (1), vous vous êtes intéressé à l’héroïne de Tolstoï, Anna Karénine — dont on dit qu’elle est l’anti Emma Bovary — pour écrire “The way she dies”. Que représente pour vous cette figure féminine autrement transgressive mais tout aussi tragique ?

     

    Tiago Rodrigues : « Même si j’ai fait d’autres pièces après “Madame Bovary”, il me semblait évident qu’“Anna Karénine” constituait l’étape suivante. Je me suis convaincu de m’attaquer à ce roman, non pas pour l’irresponsabilité que représentait cette tâche — quoique l’irresponsabilité m’attire toujours beaucoup comme réécrire Shakespeare, ou écrire “Bovary” en France avec des acteurs français pour un public français! — mais parce que je souhaitais débattre avec Franck Vercruyssen et Jolente de Keersmaeker de Tg Stan et Isabel Abreu et Pedro Gil, les deux comédiens portugais, sur des questions intime, romantique, politique et stylistique que soulève le roman de Tolstoï. 


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email