Théâtre du Capitole / saison 2017/2018

Les Chroniqueurs

Trois directeurs pour une saison

Par Robert Pénavayre


Il en est ainsi dans tous les théâtres lyriques du monde. Entre la problématique des nominations et celle des programmations 3 à 4 ans à l’avance, les années de transition voient des figures de style pour le moins bizarres en termes de management. Le Théâtre du Capitole n’échappe pas à cette règle. Ainsi donc, la saison 2017/2018, largement pensée par Frédéric Chambert, modifiée à la marge par Jean-Jacques Groleau, sera gérée par Christophe Ghristi.


Lire la suite...
    

    L'homme de Hus

    du jeudi 1er au samedi 10 juin - Théâtre Garonne

    Au début des années 2000, Camille Boitel, alors à peine la vingtaine et déjà tous les talents (acrobate, jongleur, danseur, bidouilleur de génie) crée un spectacle qui le révèle au grand public : L’homme de Hus écume alors salles et festivals du monde entier, éblouissant et faisant rire aux larmes des milliers de spectateurs de tous âges.

     

    Avant que son créateur ne décide soudain de s’en défaire, comme on se sépare, à regret, d’une trop belle amitié. « Ce spectacle, je m’étais promis de ne plus le jouer, explique Camille, par peur de le trahir, de m’habituer à le jouer, de le faire à moitié.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email

    Lenga

    du mardi 30 mai au vendredi 2 juin - Théâtre Garonne

    Dans Lenga, premier volet de son nouveau triptyque, La Guerre des natures, le GdRA continue de creuser la notion de diversité. Après Le Triptyque de la personne, Christophe Rulhes met sa méthodologie rigoureuse au service d’un travail qui saisit la complexité des individus dans leur rapport à leur environnement.

     

    C’est cette fois par le prisme des langues, subtils entrelacs de sens, de sons et d’images, tant productrices que traductrices de visions du monde, de corps et de modes de relation, que le GdRA se penche sur les singularités menacées.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email

    Rapport pour une académie

    du mercredi 24 au samedi 27 mai à 20h30

    Après Dreck, retour de la compagnie Le Spectre malicieux à la Cave Po’ pour un texte de Kafka.


     

    Un singe... Capturé sur la Côte de l’Or avec quelques compagnons d’infortune, il ne lui a pas fallu longtemps pour comprendre que s’il ne voulait pas croupir dans un zoo il lui faudrait s’humaniser coûte que coûte.

     

    Aussi notre singe s’est-il lancé sans retenue dans ses nouveaux apprentissages avec l’énergie de ceux qui croient qu’ils n’ont plus rien à perdre. Se nourrissant des belles paroles de ses maîtres s’accommodant aussi de leurs mesquineries il enchaîne pirouettes et facéties...


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email

    Les Doigts de l'Homme

    jeudi 1er juin à 20h30 - Salle Nougaro

    Du cœur et de l’énergie pour ces cinq musiciens qui nous amène dans la galaxie du jazz manouche

     

    Les Doigts de l’Homme sont des musiciens sans œillères, ouverts à tous les courants, pour bâtir un univers sonore qui leur est propre. Ce mariage entre ouverture dans l’inspiration et exigence dans l’interprétation, c’est la marque de fabrique d’Olivier Kikteff, le leader du groupe. Un autodidacte fan de guitare acoustique et électrique au parcours original, qui fit ses premières expériences au Burkina Faso (aux côtés de la vedette nationale Bilaka Kora) avant de participer, de retour en France, à des formations de musique celtique.


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email

    Lucia di Lammermoor (Gaetano Donizetti)

    du 19 au 30 mai 2017 - Théâtre du Capitole

    Lucia di Lammermoor, un des sommets de la tragédie musicale romantique en Italie

    Par Michel Grialou


    Le drame écossais au lyrisme sublime est de retour sur la scène du Théâtre du Capitole du 19 au 30 mai et ce, pour six représentations pour une seule distribution. C’est la magnifique production de 1998 due à Nicolas Joël qui est reprise sous la direction d’un chef qu’on ne présente plus, Maurizio Benini, familier du Met de New-York comme de l’Opéra de Vienne. 


    Lire la suite...
    Partager
    Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email