Kubo et l’armure magique

Travis Knight

Dans le monde merveilleux des origamis

Par Robert Pénavayre

 

Pour les non-initiés à l’art des origamis, sachez seulement que cette pratique très ancienne consiste à plier du papier afin de lui donner une forme, animale très souvent.

 

Le jeune Kubo, orphelin de père, est détenteur d’un pouvoir, magique bien sûr. Lorsqu’il pince les cordes de son shamizen (sorte de luth au manche très long), ses origamis prennent vie. C’est d’ailleurs grâce à eux qu’il gagne son pain quotidien et celui de sa mère, jouant tous les jours les bateleurs sur la place du village pour le plus grand bonheur de ses habitants. Mais il doit rentrer impérativement avant le coucher du soleil dans la grotte qui les abrite car des esprits mauvais, en fait ses deux tantes, le pourchassent afin de lui soutirer l’œil unique qui lui reste, son grand-père lui ayant enlevé de force l’autre. Or, ces dernières ne peuvent le repérer de jour.


Lire la suite...
Partager
Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email