La tortue rouge

Michaël Dudok de Wit

Attention : chef d’œuvre !

par Robert Penavayre


Il n’est finalement pas si fréquent de dégainer l’artillerie lourde pour évoquer un film et le qualifier de chef d’œuvre. Surtout lorsqu’il est question d’un film d’animation qui plus est non japonais. Et pourtant, à la sortie de la projection, des étoiles plein les yeux et la gorge un brin nouée, c’est bien le terme qui s’impose. Chef d’œuvre à plus d’un titre : simplicité (eh oui !), intelligence, graphisme, scénario, son, couleurs. Où il est question d’un homme dont la scène liminaire laisse peu de probabilité quant à la survie.


Lire la suite...
Partager
Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email