Tout de suite, maintenant

Pascal Bonitzer

Ni fait, ni à faire

par Robert Penavayre


Le 7ème art dévore aujourd’hui les sujets ayant trait à la finance. Celle-ci, de par son opacité, ses frasques, sa dangerosité, son pouvoir, son vocabulaire totalement abscons pour un non initié, relève plus de la fantasmagorie que du travail de bureau. Si, au beau milieu de ce qui se voudrait un portrait à charge de la haute finance, complexe donc par définition, vous ajoutez une bluette à deux balles et des relations familiales dont vous vous employez à obscurcir le tableau, le résultat est un méli-mélo relativement indigeste et sans intérêt, pour dire vrai.


Lire la suite...
Partager
Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email