Saint Amour

Benoît Delépine et Gustave Kervern

Pas tout à fait du gros qui tache, mais...

Par Robert Penavayre


A quoi fallait-il s’attendre de la part de ce tandem de réalisateurs nourris au sein de l’élégance grolandaise ?

 

D’autant plus que le titre du film est sans équivoque, il va ici être question de beaujolais plutôt que de Vichy Célestins. Voici donc le célèbre duo nous mettant en présence d’un autre duo, celui formé par Gérard Depardieu, Jean, le père de Benoît Poelvoorde, Bruno. Ils sont agriculteurs.


Lire la suite...
Partager
Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email