En tête à tête avec Orson

Orson Welles se met à table


Un livre rassemble les conversations du génial cinéaste avec son ami Henry Jaglom. Au menu : anecdotes, perfidies et propos incorrects.


De 1983 à 1985, Orson Welles et son ami Henry Jaglom, cinéaste britannique, déjeunèrent chaque semaine au célèbre restaurant Ma Maison de Los Angeles. Ces conversations, intégralement enregistrées, devaient servir de base à l’autobiographie du réalisateur de Citizen Kane, mais sa mort, en octobre 1985, mit fin au projet jusqu’à ce que le journaliste et essayiste Peter Biskind, auteur notamment du Nouvel Hollywood, convainque Jaglom de publier les entretiens.

 

Ce document brut aurait mérité un vrai travail éditorial, un découpage par thèmes, un toilettage tant tout a été consigné, y compris des propos totalement sans intérêt (les rhumatismes du maître, les problèmes gastriques de son chien Kiki, des échanges avec les serveurs…). Sinon, Welles a la dent dure. Les ragots et les jugements au vitriol ne manquent pas. 


Lire la suite...
Partager
Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email