'On est vivants'

de la réalisatrice Carmen Castillo

Ni nostalgique des luttes passées, jamais donneur de leçon, ni répétitif, ce voyage du militantisme,-malheureusement toujours d'actualité-, filmé par Carmen Castillo n'est pas que magnifiquement vivant : il est vivifiant !


De Rue Santa Fe....


Dans son précédent long-métrage, Rue Santa Fe, Carmen Castillo revenait sur son passé. La militante du Mouvement de la Gauche Révolutionnaire (le MIR) qu'elle était, entre dans la clandestinité avec son compagnon Miguel Enriquez, chef de la Résistance suite au coup d'état de Pinochet. Ils vivront neuf mois Rue Santa Fe, dans les faubourgs de Santiago du Chili, jusqu'au 5 octobre 1974 où leur maison sera prise d'assaut par les militaires. Miguel meurt. Blessée, et enceinte, Carmen aura une hospitalisation médiatisée, ce qui lui évitera vraisemblablement la torture et la disparition. Elle sera expulsée du Chili avec l’interdiction d’y revenir.


Lire la suite...
Partager
Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email