Improbable et miraculeuse rencontre

« Dans la cour », un film de Pierre Salvadori

On ne remerciera jamais assez Pierre Salvadori d’avoir offert à cet archange noir foudroyé en plein vol, Guillaume Depardieu, parmi ses plus beaux rôles au cinéma. Dans son dernier opus, il propose un très beau personnage à Gustave Kervern, un ancien de Groland.

 

C’est celui d’un musicien au bord du gouffre, vraisemblablement en panne d’inspiration et qui quitte la scène, vidé de tout. Pour vivre, il trouve, grâce à Pôle emploi, un remplacement de concierge dans un immeuble pas forcément rupin de l’Est parisien. Antoine, c’est son prénom, croit revivre. Les choses sont simples, directes, faciles aussi.


Lire la suite...
Partager
Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email