Boulevard des solitudes

« Eastern boys », un film de Robin Campillo

Pour son second long (après Les Revenants en 2003), Robin Campillo nous offre un ovni cinématographique qui ne peut laisser indifférent. Ovni non par la forme, superbement maîtrisée d’ailleurs, mais par un fonds qui peut autant choquer, voire agacer, que fasciner ou pour le moins interpeller devant la multitude des thèmes qu’il aborde frontalement.

 

Daniel est un quinqua sans histoire, avec un travail, un appartement, propre sur lui. Pour tromper sa solitude et son désir, il drague aux alentours des gares. Ce jour, il tombe en arrêt devant Marek, un jeune russe. Imprudent, il lui donne son adresse afin que ce dernier vienne le rejoindre.


Lire la suite...
Partager
Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur GooglePartager par email